International
URL courte
11226
S'abonner

Les institutions financières européennes sont prêtes à investir pour gérer l’afflux de migrants, a-t-on appris à l'issue d'un mini-sommet de l’UE à Bruxelles consacré à la crise migratoire.

L’Union européenne créera son propre mécanisme de protection civile pour aider les migrants, a déclaré le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker à l’issue du sommet. "On ne peut pas laisser les gens livrés à eux-mêmes, dormir dans les champs en 2015", a expliqué le président.

"Les pays concernés doivent donc se concerter. Les (pays) voisins doivent travailler ensemble le long de la route" empruntée par les migrants, affirme le communiqué final du sommet. "Nous avons clairement indiqué que la politique consistant simplement à laisser passer les gens doit prendre fin", a déclaré le président de la Commission européenne.

La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré que les pays membres de l’UE transmettront chaque semaine à la Commission européenne des informations sur les réfugiés. Mme Merkel a souligné que le rapatriement des migrants afghans et pakistanais, dont la demande d'asile a été rejetée parce qu’ils ne fuient pas la guerre ou l'oppression, devrait être accéléré.

Le 25 octobre, le chancelier autrichien Werner Faymann a estimé que la crise des migrants qui sévit en Europe pourrait déboucher sur la décomposition de l'Union européenne. Le 24 octobre, des amendements durcissant considérablement la législation migratoire en Allemagne et facilitant l'expulsion des immigrés clandestins sont entrés en vigueur.

Le 17 octobre, la Hongrie a fermé un important point de passage des migrants à sa frontière croate, près de Zakany, désormais bloqué par une imposante clôture de barbelés.

La crise migratoire actuelle en Europe semble être la plus grave depuis l'époque de la Seconde guerre mondiale. Selon les données récentes de l'agence AP des frontières de l'Union européenne Frontex, plus de 710.000 migrants sont arrivés sur le territoire des pays européens dans les neuf premiers mois de 2015. L’Onu prévoit un minimum de 850.000 migrants pour les deux années à venir.

Lire aussi:

Crise des migrants: vers une dislocation de l'UE?
En Allemagne, les islamistes attendent les migrants de pied ferme
Migrants: les réfugiés préfèrent la Russie pour se rendre en Norvège
Des policiers visent la foule lors d’un contrôle de masque qui dégénère à Paris - vidéo
Tags:
crise migratoire, réfugiés, Commission européenne, Union européenne (UE), Jean-Claude Juncker, Angela Merkel, Bruxelles, Europe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook