International
URL courte
2881
S'abonner

Le président afghan Ashraf Ghani a demandé à Moscou de lui livrer de l'artillerie, des armes légères et des hélicoptères Mi-35, annonce le quotidien américain The Wall Street Journal, citant des haut placés russes et afghans.

The Wall Street Journal, explique que "déstabilisé en raison de l'aggravation de la situation en matière de sécurité, l'Afghanistan  tend la main à son vieil allié et  protecteur, la Russie, alors que le Kremlin cherche à réaffirmer ses positions de poids lourd sur l'échiquier mondial".

Alors que les États-Unis et leurs alliés ont retiré la plupart de leurs troupes d'Afghanistan — en 2011, il y en avait 100.000 militaires, tandis qu'actuellement il n'en reste que 10.000 — et qu'ils ont réduit leur aide financière,  "la Russie ne manquera pas de saisir l'opportunité", fait remarquer la revue.

D'après la revue, l'intérêt russe d'aider l'Afghanistan pourrait refléter la préoccupation de Moscou par une possible déstabilisation de l'Asie Centrale provoquée par la détérioration de la sécurité en Afghanistan.

Le quotidien pointe que le président russe Vladimir Poutine a considéré la situation en Afghanistan comme "proche du point critique " lors du sommet de la Communauté des Etats indépendants au Kazakhstan. Il a souligné que les terroristes ne cachaient pas leur intention de s'emparer de la région centre-asiatique. C'est pourquoi M. Poutine a appelé à y régir ensemble. 

Selon le WSJ, l'ambassadeur russe en Afghanistan Alexandre Mantytskiy a déclaré que le gouvernement russe considérait la demande afghane d'assistance militaire.

"Nous sommes prêts à aider mais cela ne signifie pas que des soldats russes débarqueront sur le sol afghan. Pourquoi devrions-nous porter le fardeau des problèmes qui n'ont pas été résolus par les Américains et les pays de l'Otan?", se demande-t-il, cité par la revue.

Plus tôt, le Pentagone achetait des hélicoptères de transport Mi-17, fabriqués en Russie, alors que Moscou préparait des spécialistes afghans pour assurer leur utilisation. Mais après le début de la crise ukrainienne en 2014, cette collaboration a cessé. 


Lire aussi:

Valéry Giscard d'Estaing mort des suites du Covid-19
Une syndicaliste policière s’en prend en direct au patron de BFM TV, accusant la chaîne de «mensonge»
Télétravail, une bombe à retardement pour la compétitivité économique des entreprises françaises?
Agriculteur en colère: marre des «écolo-bobos donneurs de leçons»
Tags:
armes légères, munitions, artillerie, hélicoptères, Mi-35, Pentagone, Alexandre Mantytskiy, Ashraf Ghani, Vladimir Poutine, Afghanistan, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook