Ecoutez Radio Sputnik
    Les activistes étrangers et les manifestants palestiniens utilisent une rampe en métal pour traverser une section de la barrière israélienne controversée près du poste de contrôle Kalandia. Archive photo

    Abbas demande un "régime de protection internationale" pour le peuple palestinien

    © REUTERS / Ammar Awad
    International
    URL courte
    11395

    Le président palestinien Mahmoud Abbas a appelé mercredi la communauté internationale à créer de toute urgence "un régime de protection internationale du peuple palestinien", dénonçant des exécutions extra-judiciaires menées par les forces de sécurité israéliennes, rapporte l'AFP.

    "Il est essentiel que chacun assume ses responsabilités avant qu'il ne soit trop tard, je pense notamment aux Nations unies (…) et aux Etats membres de l'ONU", a déclaré M. Abbas, s'exprimant lors d'une réunion spéciale du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, demandée par les Palestiniens.

    "Je m'adresse au Conseil de sécurité, qui plus que jamais est prié de mettre en place un régime de protection internationale du peuple palestinien immédiatement et de toute urgence", a-t-il ajouté, sans donner de précision.

    "Nous avons besoin de votre protection. Protégez-nous, protégez-nous. Nous avons besoin de vous", a-t-il lancé, jugeant "inutile de perdre du temps dans des négociations juste pour le plaisir des négociations".

    Pour M. Abbas, "il est inacceptable d'imaginer que la situation actuelle persistera car cela annihilera tous les espoirs d'une paix fondée sur une solution de deux Etats". Il a également déploré le fait que "la communauté internationale ne rende pas justice à notre peuple".

    S'exprimant également devant les membres du Conseil, le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a estimé que la crise entre Israël et Palestiniens était "extrêmement dangereuse" et allait mener à une "catastrophe" si rien n'est fait pour que cessent immédiatement les violences.

    "La violence entre Palestiniens et Israéliens va nous amener à la catastrophe si elle ne cesse pas immédiatement", a déclaré M. Zeid.

    Pour le Haut-Commissaire, "cette crise est extrêmement dangereuse parce que c'est une confrontation qui puise dans le mécanisme humaine le plus émotif: la peur".

    Il a appelé aussi les parties à cesser les violences. "Il faut cesser les attaques terroristes, que les gens ne soient plus poignardés. Les actions des colons à Jérusalem-Est doivent cesser, l'emploi excessif de la police israélienne doit cesser, les démolitions de maison doivent cesser, et le blocus de Gaza aussi", a-t-il dit.

    Il a par ailleurs dénoncé un "recours disproportionné à la force" par les forces de sécurité israéliennes "qui nous amènent à soupçonner fortement des exécutions extra-judiciaires".

    M. Abbas a également accusé les "forces d'occupation" israéliennes d'avoir "récemment intensifié ses pratiques criminelles au point de mener des exécutions extra-judiciaires contre des civils palestiniens sans défense".

    Depuis le 1er octobre, les territoires palestiniens, Jérusalem et Israël sont le théâtre d'une spirale de violences qui a fait près d'une soixantaine de morts.

    L'esplanade des Mosquées, site à Jérusalem sous la garde de la Jordanie mais dont Israël contrôle tous les accès et y fait la police, est au coeur de cette escalade des violences qui a réveillé le spectre d'une troisième intifada.

    Lire aussi:

    Lieux saints de Jérusalem: l'Unesco condamne l'agression d'Israël
    Esplanade des Mosquées: Abbas suspend tout contact officiel avec Israël
    Netanyahou: la paix possible, si les Palestiniens reconnaissent «la réalité» sur Jérusalem
    Tags:
    Conseil des droits de l'homme de l’ONU, Mahmoud Abbas, Palestine, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik