Ecoutez Radio Sputnik
    Combattants de l'EI

    Les sources de revenu du très riche Etat islamique expliquées

    © AP Photo / albaraka_news, File
    International
    URL courte
    17563
    S'abonner

    D'après des analystes iraniens, la proportion des crimes de l'EI témoigne de la présence de protecteurs aisés qui lui accordent leur soutien.

    Les combattants de l'Etat islamique ne s'arrêteront devant rien afin d’obtenir de l'argent, a déclaré le politologue iranien Emad Abshenas dans une interview accordée à Sputnik.

    L'homme
    © AP Photo / Vadim Ghirda

    "Cette organisation terroriste utilise tous les interdits du droit international pour générer des revenus", a-t-il annoncé.

    Selon lui, l'illégalité de telle ou telle activité n’arrête pas les djihadistes.

    Par ailleurs, l’analyste affirme que le budget de l'EI augmente également grâce à de riches mécènes: des sommes considérables ont été transmises de la part du mouvement "Al-Qaïda et des pays du golfe Persique".

    L'expert a également rajouté que les combattants trafiquent illégalement du pétrole par l'entremise de la Turquie, de Jordanie et d'Israël, ce qui est l'une des raisons de la chute des prix mondiaux du pétrole.

    De même, le politologue iranien Mozaeb Naimi partage la position de M. Abshenas. Il accuse la Turque et Israël pour leur médiation dans le commerce illégal de pétrole du groupe. En outre, selon lui, la puissance du groupe indique aussi que l'EI pourrait recevoir de l'aide financière de la part des "adhérents de la guerre en Syrie".

    "Autrement dit, de très riches et influents acteurs sont pour l'EI, y compris les Etats-Unis, l'Arabie saoudite, le Qatar et leurs alliés", a conclu l'analyste.

    Lire aussi:

    Les Russes frappent l'EI, les Syriens reprennent espoir
    La Russie ira-t-elle combattre l'EI en Irak?
    500 membres de l'EI transférés de Syrie au Yémen dans des avions turcs
    Tags:
    Etat islamique, Qatar, Arabie Saoudite, Turquie, Iran, Israël, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik