International
URL courte
5139
S'abonner

Dans son rapport de 300 pages, le juriste allemand Kurt Graulich a constaté que les structures administratives de l'UE, dont les secrétariats de tous les commissaires européens, constituaient les deux tiers des cibles surveillées par le renseignement allemand à la demande de Washington.

Le délégué du gouvernement allemand au renseignement Kurt Graulich a rédigé un rapport portant sur les personnes physiques et morales surveillées par le service de renseignement allemand BND à la demande de l'Agence de sécurité nationale des Etats-Unis (NSA).

Selon le rapport, les missions d'espionnage visaient même des groupes industriels allemands.

D'après le magazine Spiegel-Online, Kurt Graulich a constaté que la surveillance était pratiquée principalement contre les structures administratives européennes.

L'auteur du rapport a étudié la liste de 39.000 mots clés transmis par la NSA au BND entre 2005 et mars 2015. La liste montre clairement les intérêts des Etats-Unis: près de 70% des mots clés concernent les responsables gouvernementaux des pays européens.

Il convient de noter qu'environs 16% des mots clés se rapportent aux entreprises allemandes de télécommunications. Et ce, malgré le fait que conformément à l'article 10 de la Constitution fédérale, ces sociétés sont à l'abri de toute surveillance pratiquée par les services de renseignement, y compris allemands.

Parmi les entreprises surveillées à la demande des Etats-Unis figurent les groupes aérospatiaux EADS (aujourd’hui Airbus Group) et sa filiale Eurocopter (renommée Airbus Helicopters). Ceci étant, le délégué allemand ne précise pas s'il s'agissait d'espionnage économique ou d'une surveillance effectuée à des fins militaires. Néanmoins, il constate que la partie allemande obéissait aux autorités américaines au point de ne pas contrôler le processus.

Dans son rapport, Kurt Graulich en arrive à la conclusion que la NSA a violé le Mémorandum d'entente (Memorandum of Agreement), signé entre l'Allemagne et les Etats-Unis en 2002. Ce document secret interdit aux deux pays d'espionner leurs citoyens. Or, Washington n'a pas hésité à inclure des personnes physiques et morales allemandes dans la liste des cibles à surveiller.

Lire aussi:

Espionnage: la méfiance entre Washington et Berlin ira croissant
Espionnage: Berlin réduit sa coopération avec Washington (Bild)
Espionnage: Berlin présente ses excuses pour avoir contrôlé les e-mails d'un ministre afghan
Tags:
espionnage industriel, espionnage gouvernemental, surveillance, Agence nationale de sécurité américaine (NSA), Service fédéral de renseignement extérieur allemand (BND), États-Unis, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook