Ecoutez Radio Sputnik
    John KerryLe chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov

    La communauté internationale élargit sa campagne anti-EI en Syrie

    © REUTERS / Yuri Gripas © Sputnik . Grigory Syssoev
    1 / 2
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (2014) (607)
    4312

    Des pourparlers consacrés à la crise syrienne se sont déroulés jeudi et vendredi à Vienne. Les participants ont réaffirmé que la Syrie doit rester un Etat uni, indépendant et laïque et qu'il faut œuvrer pour régler le conflit et la crise humanitaire en Syrie. Toutefois des désaccords persistent entre les pays participant aux discussions.

    La communauté internationale élargira sa campagne militaire contre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie, a déclaré vendredi à Vienne le secrétaire d'Etat américain John Kerry au terme d'entretiens multipartites.

    "Nous avons décidé d'intensifier notre campagne militaire et de prendre toutes les mesures diplomatiques pour régler le conflit", a indiqué M.Kerry lors de la conférence de presse finale.

    D'après M.Kerry, le président américain Barack Obama avait "pris la décision d'élargir l'opération et d'envoyer un petit contingent dans les régions du nord de la Syrie".

    Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a confirmé que les participants aux entretiens de Vienne avaient l'intention de poursuivre la lutte contre l'EI en Syrie.

    "Nous nous sommes mis d'accord pour poursuivre notre lutte contre l'EI et les autres structures reconnues comme terroristes par le Conseil de sécurité de l'Onu et d'organiser de nouvelles consultations pour établir une liste d'autres organisations qui ne figurent pas encore sur les listes de l'Onu, mais sont apparemment terroristes", a indiqué M.Lavrov.

    Toutefois les Etats-Unis refusent toujours de coordonner leurs actions en Syrie avec la Russie, a annoncé vendredi à Washington le porte-parole de la Maison Blanche Josh Earnest. "Je ne vois pas de scénario qui permettrait aux militaires américains de coordonner leurs actions avec celles des Russes", a-t-il indiqué tout en rappelant que les militaires des deux pays menaient des petites consultations en vue d'éviter des incidents dans le ciel de la Syrie.

    Selon le communiqué final adopté à Vienne, la Syrie doit rester un Etat uni, indépendant et laïque, il faut protéger les droits des Syriens indépendamment de leur appartenance religieuse et ethnique et prendre des mesures pour régler le conflit armé et la crise humanitaire en Syrie.

    D'après M.Lavrov, la Russie préconise toujours la lutte contre le terrorisme sur la base des normes du droit international. Cela signifie que les opérations aériennes ou terrestres doivent se tenir avec le consentement du pays dont le territoire leur sert de théâtre.

    D'ailleurs, les parties ne sont toujours pas d'accord sur l'avenir du président syrien Bachar el-Assad.

    "Nous ne sommes pas parvenus à une entente concernant le sort de Bachar el-Assad. La Russie est persuadée que les Syriens doivent en décider eux-mêmes dans le contexte d'un processus politique", a ajouté le chef de la diplomatie russe.

    "Ce processus politique se déroulera sous la direction des autorités syriennes et les citoyens syriens décideront du sort de leur pays", lit-on dans le communiqué adopté à Vienne.

    L'envoyé de l'Onu pour la Syrie Staffan de Mistura a appelé tous les pays capables d'influer sur les autorités syriennes et l'opposition à œuvrer pour le début d'un dialogue dans le pays.

    "Je considère que ce sera très utile, surtout si ceux qui peuvent influer sur le gouvernement et l'opposition, pourront dire: +Il est temps de se mettre à la table des négociations+", a noté M.de Mistura.

    Les Etats-Unis, la Russie, l'Arabie saoudite et la Turquie ont tenu jeudi des pourparlers à Vienne pour évoquer la crise syrienne. Vendredi, d'autres pays capables de contribuer au règlement du conflit en Syrie – l'Egypte, l'Iran, l'Irak et le Liban — ont rejoint les discussions. 

    Dossier:
    Situation en Syrie (2014) (607)

    Lire aussi:

    Lavrov: Washington, Londres et Paris ont bombardé la Syrie et les négociations de Genève
    Les faux-semblants et les non-dits du sommet d’Istanbul sur la Syrie
    La fin de la campagne syrienne pourrait réduire la distance entre Moscou et Washington
    Tags:
    lutte antiterroriste, ONU, Etat islamique, Staffan de Mistura, John Kerry, Sergueï Lavrov, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik