Ecoutez Radio Sputnik
    John Kerry et Sergueï Lavrov

    Kerry: Moscou et Washington pourraient élargir la coopération en Syrie

    © AP Photo / Jason DeCrow
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (2014) (607)
    7312
    S'abonner

    Malgré certaines divergences, les participants des négociations de Vienne sont d'accord sur la nécessité d'unir les efforts dans la lutte contre l'EI.

    La Russie et les Etats-Unis pourraient élargir leur coopération dans la lutte contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI), a annoncé le secrétaire d'Etat des Etats-Unis John Kerry à l'issue de négociations sur la Syrie à Vienne.

    "Si la Russie veut lutter contre l'EI, nous avons des possibilités d'élargir notre coopération", a-t-il fait remarquer.

    "Aujourd'hui, nous avons évoqué les mesures que nous pourrions prendre. Nous avons certaines idées, dont nous avons discuté et que je dois transmettre à mon président, voilà pourquoi je ne vais pas les rendre publiques pour l'instant", a expliqué le chef de la diplomatie américaine.

    "Tout le monde doit comprendre que nous voulons intensifier nos efforts dans la lutte antiterroriste afin de rediriger le processus sur la voie politique et pacifique. Jusqu'à présent, plusieurs personnes estimaient que le destin de la Syrie dépend soit de Bachar el-Assad, soit de l'EI. Nous devons unir nos efforts afin que les gens puissent réaliser qu'il existe une alternative politique à ce qui se passe dans le pays", a souligné M.Kerry.

    L'absence de représentants du gouvernement syrien et de l'opposition a pour sa part été expliquée par le besoin de trouver un consensus parmi les acteurs extérieurs.

    "Nous avons des divergences, mais nous soutenons les tentatives de ranimer le processus politique. C'est cela notre mission", a déclaré le secrétaire d'Etat des Etats-Unis.

    Il est à noter que, depuis le début des frappes aériennes russes en Syrie visant les combattants de l'EI, le Kremlin a proposé plusieurs fois de coopérer dans la lutte antiterroriste à la Maison Blanche. Pourtant, Washington a rejeté toutes les propositions, ce que M.Kerry a d'ailleurs confirmé lors de la rencontre à Vienne.

    En outre, la partie américaine accuse la Russie de la mort de plusieurs civils causée par ses frappes en Syrie, sans pour autant fournir la moindre preuve.

    Le 30 septembre, l'Armée de l'air russe a entamé une opération militaire contre l'EI en Syrie. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustible appartenant à l'EI.

    Le 7 octobre, des missiles russes ont également été tirés sur les sites de l'EI depuis des navires en mer Caspienne.
    Au total, depuis le début de l'opération aérienne l'aviation russe a réalisé plus de 900 vols en Syrie, détruisant plus de 800 sites des combattants du groupe djihadiste Etat islamique.

    Plusieurs experts étrangers reconnaissent l'efficacité de l'opération russe menée en Syrie qui se déroule de façon transparente. Ainsi, le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov donne régulièrement des rapports sur les résultats des actions de l'Armée de l'air russe en Syrie.

     

    Dossier:
    Situation en Syrie (2014) (607)

    Lire aussi:

    La communauté internationale élargit sa campagne anti-EI en Syrie
    Toujours pas d'accord sur le rôle d'Assad dans le règlement du conflit syrien
    Washington envoie 50 commandos en Syrie en qualité de conseillers
    Tags:
    accord, négociations, transition, politique, lutte antiterroriste, terrorisme, crise syrienne, frappe aérienne, Etat islamique, Sergueï Lavrov, John Kerry, Vienne, Autriche, Proche-Orient, Damas, Syrie, Moscou, Russie, Washington, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik