Ecoutez Radio Sputnik
    John Kerry

    Kerry: l'envoi de forces spéciales US en Syrie vise uniquement Daech

    © REUTERS / Yuri Gripas
    International
    URL courte
    9226
    S'abonner

    Selon le secrétaire d'Etat américain, les djihadistes de l'EI sont un "véritable fléau": ils tuent les gens, en font des esclaves, la violence étant leur coutume".

    La décision du président Barack Obama d'envoyer des unités de forces spéciales américaines en Syrie ne vise pas le président syrien Bachar el-Assad, mais à abattre les djihadistes de l'Etat islamique, a déclaré samedi le secrétaire d'Etat américain John Kerry lors d'une conférence de presse à Bichkek. 

    "Ce n'est pas une décision qui revient à prendre part à la guerre civile en Syrie, et ce n'est non plus une action contre Assad, mais une action contre l'EI", a indiqué le chef de la diplomatie américaine. 

    "Les Etats-Unis et 65 pays ont formé une coalition, et nous nous sommes engagés à anéantir l'EI afin d'éliminer la menace qu'il représente. Ses états-majors se trouvent en Syrie et en Irak, mais il essaie de tendre ses tentacules jusqu'à l'Afghanistan, l'Iran et la Libye", a-t-il expliqué. 

    Selon le secrétaire d'Etat américain, les djihadistes de l'EI sont un "véritable fléau": ils tuent les gens, en font des esclaves, la violence étant leur coutume". 

    "Il s'agit d'une menace moderne à laquelle nous devons réagir", a souligné M.Kerry. 

    Par ailleurs, le secrétaire d'Etat américain a déclaré que le Kirghizstan (Asie centrale) pouvait prendre part à la lutte contre l'EI en empêchant le recrutement de nouveaux djihadistes sur son territoire. 

    Vendredi, l'administration américaine a annoncé l'envoi  d'une cinquantaine de membre des forces spéciales dans le nord de la Syrie afin d'aider "les forces terrestres locales" à combattre les djihadistes de l'EI. Il s'agit d'une décision sans précédent des Etats-Unis dont la participation à la lutte contre l'EI en Syrie s'est jusqu'ici limitée à l'opération aérienne.

    Lire aussi:

    Pour Washington, pas de risque de conflit avec la Russie en Syrie
    Kerry: Moscou et Washington pourraient élargir la coopération en Syrie
    Tags:
    djihadisme, John Kerry, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik