Ecoutez Radio Sputnik
    Débris de l'A321 russe dans le Sinaï

    Crash d'un avion russe en Egypte: les hypothèses

    © AP Photo / Suliman el-Oteify, Egypt Prime Minister's Office via AP
    International
    URL courte
    Crash d'un Airbus A321 en Egypte (2015) (67)
    29439

    Un Airbus A321 de la compagnie russe Metrojet (Kogalymavia) reliant Charm-el-Cheikh à Saint-Pétersbourg s'est écrasé le 31 octobre dans le Sinaï, faisant 224 morts.

    Les débris de l'Airbus A321 de Metrojet en Egypte
    © AP Photo / Suliman el-Oteify, Egypt Prime Minister's Office via AP
    Les premiers éléments de l'enquête sur les causes de la tragédie permettent d'étudier plusieurs hypothèses.

    Défaillance technique

    Selon les données du site Flightradar24, qui surveille les vols aériens en temps réel 24 heures sur 24, l'Airbus A321 était en circulation depuis 18 ans. La compagnie aérienne Kogalymavia (Metrojet) précise que l'appareil a passé un contrôle de maintenance régulier en 2014 et que la visite pré-vol avait été soigneusement effectuée.

    L'agence Reuters a rapporté, se référant à une source anonyme au sein du service de sécurité du Sinaï qu'une première inspection des débris de l'appareil permettait de supposer une défaillance technique était en cause.

    Selon des informations diffusées le jour du crash, le pilote de l'Airbus avait demandé de modifier son itinéraire et de lui autoriser d'atterrir à l'aéroport du Caire. Le ministre égyptien de l'Aviation civile Mohamed Hossam Kamal a plus tard démenti cette information.

    Il est difficile d'imaginer une panne technique capable de provoquer un tel désastre, a indiqué à Sputnik Desmond Ross, dirigeant de la société DRA Aviation Services International, inspecteur pour la sécurité aérienne et ancien pilote.

    "Je ne pense pas qu'une panne ait entraîné la dislocation de l'avion en vol. Une défaillance technique aurait pu entraîner une perte de vitesse incontrôlée de l'avion. Si l'équipage a perdu le contrôle, l'avion aurait pu atteindre les vitesses capables de provoquer sa dislocation en l'air", a indiqué M.Ross.

     

    Attentat

    Selon une autre hypothèse, il s'agirait d'une attaque terroriste. Certains médias dont la chaîne de télévision Al-Jazeera, ont annoncé que le groupe djihadiste Etat islamique (EI) avait revendiqué le crash de l'avion russe. Toutefois, aucune preuve ne l'atteste.

    Le ministre russe des Transports Maxime Sokolov a aussi rejeté cette hypothèse. Selon lui, on ne pourra évoquer les causes de la catastrophe qu’après une minutieuse enquête internationale.

    Plusieurs compagnies aériennes dont Air France, Lufthansa, Emirates Airlines, FlyDubai et AirArabia ont décidé d'éviter le Sinaï par précaution.  La compagnie low-cost britannique EasyJet et British Airways ont annoncé samedi qu'elles ne modifieraient pas leurs itinéraires, mais un représentant d'EasyJet a déclaré dimanche que les avions britanniques évitaient aussi les parties septentrionale et centrale du Sinaï.

    Richard Quest, correspondant de la chaîne de télévision CNN présenté comme un expert de l'aviation, a déclaré que l'avion russe est tombé pendant la phase la moins dangereuse du vol. "L'avion se trouvait dans l'air depuis 23 minutes, il devait déjà être en pilote automatique. Il a atteint son altitude de croisière et il y a peu de risques d'un incident", a indiqué M.Quest. Dans le même temps, il a reconnu que pour l'instant rien n'indiquait que l'avion ait été la cible d'un attentat.

    Selon le rédacteur et expert du site FlightGlobal David Learmount cité par le journal britannique Telegraph, aucune hypothèse n'est à exclure puisqu'on dénombre beaucoup de groupes terroristes dans le Sinaï liés avec les djihadistes de l'Etat islamique. D'autre part, l'avion se trouvait à une altitude de plus de 9.000 m où il était difficilement accessible pour les terroristes de l'EI, qui ne sont selon toute vraisemblance munis que de lance-roquettes primitifs, note M.Learmount.

    Erreur humaine

    Une erreur humaine pourrait aussi être à l'origine du crash. 

    Selon Kogalymavia, le commandant de l'équipage Valeri Nemov était un pilote expérimenté qui avait effectué plus de 12.000 heures de vol dont 3.860 heures à bord d'un Airbus A321.

    Mais l'Agence fédérale russe des transports aériens (Rosaviatsia) estime que pour l'instant rien ne permet de pencher pour l'une des hypothèses.

    Deuil

    Jour de deuil national en Russie
    © Sputnik . Konstantin Chalabov
    Le 1er novembre a été décrété la Journée du deuil national en Russie. Les chaînes de télévision russes ont modifié leur programme.

    Les dirigeants de nombreux pays ont exprimé leurs condoléances à la Russie et aux familles des victimes. Parmi eux figurent notamment la chancelière allemande Angela Merkel, le président italien Sergio Mattarella, le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon, le secrétaire d'Etat américain John Kerry, le premier ministre britannique David Cameron, le chef de la diplomatie autrichienne Sebastian Kurz et le président ukrainien Piotr Porochenko. Les internautes adressent aussi leurs condoléances au peuple russe.

     

     

    .

    Dossier:
    Crash d'un Airbus A321 en Egypte (2015) (67)

    Lire aussi:

    Crash d'un avion russe en Egypte: Air France et Lufthansa évitent le Sinaï
    Crash en Egypte: les Russes sous le choc
    Suite au crash, les Ukrainiens manifestent leur solidarité
    En direct: un avion russe transportant 224 passagers s'écrase en Egypte
    Tags:
    vol 7K9268, crash d'avion, Airbus A321, Air Arabia, FlyDubai, Emirates Airlines, British Airlines, EasyJet, Kogalymavia (Metrojet), Air France, Rosaviatsia, Lufthansa, Etat islamique, David Learmount, Maxim Sokolov, Egypte, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik