International
URL courte
Crash d'un Airbus A321 en Egypte (2015) (67)
3162
S'abonner

Pour le moment, aucune version ne peut être exclue concernant le crash de l'avion A321, a fait savoir le porte-parole du président russe Dmitri Peskov.

"A présent on ne peut exclure aucun version, car l'enquête ne vient que commencer. Quelle hypothèse sera considérée comme la principale à mesure qu'avancera l'investigation, nous ne pouvons pas le dire pour l'instant", a déclaré M.Peskov en répondant à la question des journalistes sur la possibilité d'un attentat à bord de l'avion A321 qui s'est écrasé en Egypte samedi matin.

"De toute façon, gloser sur des versions préliminaires, des opinions, des déclarations basées sur rien — c'est totalement incorrect. Nous devons attendre au moins les premiers résultats de l'enquête", a-t-il ajouté.

Il est à noter qu'afin de déterminer la cause exacte de la catastrophe, les experts devront non seulement décrypter les enregistrements des boîtes noires, mais également ramasser tous les débris de l'Airbus, les étaler entièrement dans un hangar pour les examiner attentivement.

Les premiers éléments de l'enquête sur les causes de la tragédie permettent pourtant d'étudier plusieurs hypothèses.

Ainsi, selon l'agence Reuters, une première inspection des débris de l'appareil permettait de supposer qu'une défaillance technique était en cause.

Selon des informations diffusées le jour du crash, le pilote de l'Airbus avait demandé de modifier son itinéraire et de lui autoriser d'atterrir à l'aéroport du Caire. Le ministre égyptien de l'Aviation civile Mohamed Hossam Kamal a plus tard démenti cette information.

"Il est difficile d'imaginer une panne technique capable de provoquer un tel désastre", a indiqué à Sputnik Desmond Ross, dirigeant de la société DRA Aviation Services International, inspecteur pour la sécurité aérienne et ancien pilote.

Débris de l'A321 russe dans le Sinaï
© AP Photo / Suliman el-Oteify, Egypt Prime Minister's Office via AP
Selon une autre hypothèse, il s'agirait d'une attaque terroriste. Certains médias dont la chaîne de télévision Al-Jazeera, ont annoncé que le groupe djihadiste Etat islamique (EI) avait revendiqué le crash de l'avion russe. Toutefois, aucune preuve ne l'atteste.

Enfin, une erreur humaine pourrait aussi être à l'origine du crash.

Un Airbus-321 de la compagnie aérienne Metrojet (connue également sous le nom de Kogalymavia) est parti samedi matin de l'aéroport de Charm el-Cheikh avant de disparaître des écrans radars 23 minutes après le décollage. Les débris de l'avion ont été retrouvés dans le Sinaï.

Aucun des 224 passagers se trouvant à bord de l'avion n'a survécu.

Il s'agit de la catastrophe la plus grave dans l'histoire de l'aviation russe et soviétique.

Dossier:
Crash d'un Airbus A321 en Egypte (2015) (67)

Lire aussi:

Crash de l’Airbus russe: sur les lieux de la tragédie
Les corps des victimes du crash transportés à Saint-Pétersbourg
Crash d'un avion russe: les habitants de nombreux pays endeuillés
Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Tags:
hypothèse, attentat, morts, touristes, enquête, victimes, avions, crash d'avion, Airbus A321, Kremlin, Dmitri Peskov, Charm el-Cheikh, Saint-Pétersbourg, Le Caire, Egypte, Sinaï, Moscou, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook