International
URL courte
23525
S'abonner

François Hollande s'est rendu en Chine pour s'assurer de la présence de Xi Jinping à la Conférence sur le climat à Paris. Le dirigeant français cherche également le soutien de Pékin sur un accord qui doit être signé lors de cet évènement, estime Barthélémy Courmont, expert sur la stratégie de puissance de la Chine.

"François Hollande va en Chine pour une mission très précise, celle d'avoir le soutien de Pékin sur un accord important dans le cadre de la 21ème conférence à Paris. Il y va aussi pour s'assurer de la présence du président chinois à cette conférence de Pairs. L'agenda est très ciblé sur cette question précise, mais cela n'empêchera pas les deux hommes d'aborder un nombre d'autres questions", a déclaré à Sputnik Barthélémy Courmont, directeur de recherche à l'IRIS et expert sur la stratégie de puissance de la Chine.

La Chine et les USA sont les pays les plus attendus à la conférence à Paris

M. Courmont estime que la Chine est devenue le premier pollueur de la planète, ce qui s'explique en grande partie par sa croissance économique mais aussi par sa population. L'expert souligne que la Chine est aussi un des pays qui subit le plus l'effet du réchauffement climatique, notamment l'effet de déforestation, le problème d'accès à l'eau, les catastrophes naturelles qui se sont multipliées.

"La Chine et les Etats-Unis seront les principaux acteurs de cette conférence. Ce sont les pays qui sont les plus attendus parce que ce sont les deux principaux pollueurs et puis parce que ce sont aussi les pays qui sont le moins impliqués depuis Kyoto en 1997, depuis Copenhague, depuis toutes ces conférences qui ont été des demi-échecs parce que justement, les principaux pays incriminés ne s'impliquent pas suffisamment", poursuit M. Courmont.

Actuellement, on sent que l'environnement est une priorité pour les autorités chinoises mais on attend des actes, on attend des prises de position fortes qui devraient se solder par une conférence réussie, explique le directeur de recherche. Dans le même temps, M. Courmont espère qu'il y aura une possibilité de signer un accord permettant d'aller dans la bonne direction.

La Chine joue sur les rivalités entre les Etats membres de l'Union européenne

La Chine, pour sa part, s'intéresse beaucoup à l'Union européenne mais de sa propre manière, fait remarquer M. Courmont. "La Chine s'intéresse beaucoup à l'Union européenne, mais elle s'intéresse surtout aux acteurs de l'Union européenne, aux différents Etats, et donc on est dans une logique d'établissement de relations bilatérales qui vont parfois jouer sur la rivalité, sur la compétition entre les différents pays européens", indique l'expert, commentant la visite d'Etat de deux jours que le président français a entamé lundi à Pékin.

Selon M. Courmont, on a vu ce phénomène très sensiblement quand Xi Jinping s'est rendu à Paris, en 2014, ou encore à Londres il y a quelques semaines. On le voit aussi quand il reçoit des délégations étrangères, où à chaque fois il met l'accent non pas sur le partenariat Chine-UE, mais bien sur cette dimension Chine et sur les différents pays qui viennent à sa rencontre, souligne le directeur de recherche.

"Il y a là un message politique, si vous voulez, qui est très fort de la part de la Chine, qui consiste à dire: +comme l'Europe n'existe pas aux yeux de Pékin, eh bien allons frapper à la porte des différents Etats qui la composent+", conclu l'expert.

La conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP21) se déroulera du 30 novembre au 11 décembre 2015 à Paris. L'objectif principal du sommet parisien tel qu'il est formulé par la France est de ralentir le réchauffement climatique sur la planète. Paris souhaite faire de cette rencontre une plate-forme de discussions internationales et une vitrine du progrès technique en matière de protection de l'environnement.

Le président français François Hollande est arrivé lundi en Chine dans le cadre de sa tournée asiatique. A Pékin, il a déjà rencontré son homologue chinois Xi Jinping et signé une déclaration commune avec lui.

Lire aussi:

Pékin et Londres lancent un défi à l'hégémonie du dollar US
Après Moscou, la grande marche multipolaire se poursuit à Pékin
Un chien du Raid poignardé par un forcené lors d’une intervention dans les Yvelines
Pfizer va réduire temporairement ses livraisons de vaccin en Europe
Tags:
Union européenne (UE), Barthélémy Courmont, François Hollande, Chine, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook