International
URL courte
Crash d'un Airbus A321 en Egypte (2015) (67)
172
S'abonner

Les corps de plus de 130 victimes du crash de l'avion Airbus A321ont été transporté le 2 novembre à Saint-Pétersbourg, dont six sont déjà identifiés.

Le deuxième avion Il-76 du ministère russe des Situations d'urgence, transportant les corps des victimes du crash, a atterri lundi soir à l’aéroport de Saint-Pétersbourg. Les documents des passagers ainsi que les fragments des corps des passagers ayant péri dans le crash de l'avion russe en Egypte seront transmis aux experts médicaux et aux enquêteurs. Les proches des victimes du crash arriveront par la suite afin d'accomplir la procédure d'identification.

Le premier avion transportant les corps et les fragments des corps des victimes du crash d’Airbus A321est arrivé à Saint-Pétersbourg lundi matin. Les 96 corps ont été déjà transportés de l'aéroport Poulkovo-2 vers le crématorium de Saint-Pétersbourg. Six corps de victimes ont été déjà identifiés.

Le crash le plus important de l’histoire de l’aviation russe et soviétique a eu lieu le 31 octobre dernier. Un Airbus-321 de la compagnie aérienne Metrojet (connue également sous le nom de Kogalymavia) est parti samedi matin de l'aéroport de Charm el-Cheikh avant de disparaître des écrans radars 23 minutes après le décollage. Les débris de l'avion ont été retrouvés dans le Sinaï. Aucun des 217 passagers et des 7 membres de l’équipage se trouvant à bord de l'avion n'a survécu.

Dossier:
Crash d'un Airbus A321 en Egypte (2015) (67)

Lire aussi:

Kiev et Minsk pourraient rejoindre l'enquête sur le crash en Egypte
Moscou: les déclarations sur les "facteurs extérieurs" dans le crash prématurées
Poutine: faire la lumière sur le crash, et réagir en conséquence
Crash en Egypte: Air France prête à contrôler ses Airbus
Crash Airbus 321: les débris de l’avion russe éparpillés sur le Sinaï
Crash de l’Airbus russe: sur les lieux de la tragédie
Tags:
crash d'avion, Airbus A321, Saint-Pétersbourg, Egypte, Sinaï
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik