Ecoutez Radio Sputnik
    le crash de l'A321 en Egypte

    Messages de l'EI interceptés à propos d'une bombe à bord de l'A321

    © Sputnik . Maxim Grigoryev
    International
    URL courte
    Crash d'un Airbus A321 en Egypte (2015) (67)
    721250
    S'abonner

    Selon le journal britannique The Times, les renseignements américains et britanniques ont pu intercepter des messages électroniques entre des membres de l'EI à propos d'une bombe placée à bord de l'A321.

    Cette information a été obtenue lors d'une opération conjointe des renseignements américains et britanniques, qui "utilisaient des satellites pour détecter des communications électroniques" entre des membres de l'EI en Syrie et en Egypte, explique le quotidien britannique, qui ne cite pas de source.

    "Le ton et le contenu des messages ont convaincu les analystes qu'une bombe a été placée à bord par un passager ou un membre du personnel au sol de l'aéroport", écrit le journal.

    Néanmoins, une porte-parole du premier ministre britannique David Cameron a refusé de commenter les informations du Times.

    "Nous n'allons pas entrer dans les détails sur les questions de renseignement", a-t-elle déclaré, citée par l'AFP.

    l'enregistreur de paramètres de l'Airbus A321 russe qui s'est écrasé dans le Sinaï
    Press-service of Russian Emergency Situations Ministry
    The Telegraph indique lui aussi que des "renseignements essentiels" ont été découverts après l'examen par les services de renseignement britanniques et américains des "communications de fanatiques connus dans la région".

    L'hypothèse de la bombe est également soutenue par les touristes britanniques, pointant des failles de sécurité à l'aéroport de Charm el-Cheikh, car, selon les touristes, le personnel de l'aéroport égyptien propose d'éviter les files d'attente et l'inspection des bagages en échange d'argent, indique The Telegraph.

    Le Caire, de son côté, joue la prudence et met en garde contre des conclusions prématurées. Quant aux autorités russes, elles ont qualifié de "spéculations" toute hypothèse sur les causes de l'accident et invitent ainsi à attendre les conclusions des enquêteurs.

    Un Airbus-A321 de la compagnie aérienne Metrojet, connue également sous le nom de Kogalymavia, est parti samedi dernier de l'aéroport de Charm el-Cheikh avant de disparaître des écrans radars 23 minutes après le décollage. Les débris de l'avion ont été retrouvés dans le Sinaï. Aucun des 224 passagers se trouvant à bord de l'avion n'a survécu.

    Il s'agit de la pire catastrophe aérienne qui ait frappé la Russie.

    La branche égyptienne du groupe djihadiste Etat islamique a par la suite affirmé sur Twitter être responsable du crash, affirmant avoir agi en représailles à l'intervention russe en Syrie.

    Dossier:
    Crash d'un Airbus A321 en Egypte (2015) (67)

    Lire aussi:

    Crash en Egypte: la piste de l'explosion d'un moteur
    A321: l'hypothèse d'une bombe basée sur l'interception de données
    Londres adopte des mesures d'urgence pour ses touristes à Charm el-Cheikh
    La France suspend ses vols à destination de Charm el-Cheikh
    Tags:
    bombe, interception, crash d'avion, Airbus A321, The Times, The Telegraph, Etat islamique, Royaume-Uni, Londres, Egypte, Sinaï
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik