International
URL courte
51042
S'abonner

Les contrôles aux frontières de la France vont être provisoirement rétablis en raison de la conférence climat COP21 à Paris, a annoncé le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. D'après lui, cette décision serait due à la menace terroriste. L'économiste Maxime Combes considère cette affirmation comme douteuse, dans son entretien pour Sputnik.

Le gouvernement français s’appuie sur l’article 23 du Code des frontières qui dispose du droit des États membres à réintroduire le contrôle de leurs frontières intérieures durant une période limitée "en cas de menace grave pour l’ordre public ou la sécurité intérieure". Ce n’est pas la première fois que cela arrive en France, en 2012, pour le G20 à Cannes, la France avait déjà usé de cette disposition.

Seulement, peut-on logiquement se poser la question de la pertinence du prétexte de la menace terroriste pour réintroduire le contrôle aux frontières? Si l’on s’en réfère aux évènements de janvier, la lourde menace qui pesait n’a pas amené à prendre de telles dispositions. Pour beaucoup d’activistes, le but de la manœuvre est davantage de se prémunir des mobilisations de masse de citoyens engagés durant la COP 21. Maxime Combes, économiste membre du mouvement altermondialiste ATTAC France, estime que le gouvernement français envoie un message très négatif à la société civile et à l’opinion publique mondiale.

Outre le recours à la suspension temporaire des accords de Schengen, Maxime Combes dénonce des problèmes administratifs aigus pour obtenir des visas et des logements pour les représentants d’ONG des pays du Sud, premiers concernés par les conséquences du réchauffement climatique.

L’économiste pointe du doigt l’attitude du gouvernement français en totale contradiction entre son discours et ses actes à tous les niveaux:

"Malgré la sourde oreille du gouvernement face aux alertes et demandes répétées du collectif ATTAC et de la Coalition climat 21 qui regroupe 130 associations, ces derniers n’entendent pas baisser les bras et comptent bien pousser les autorités à réagir".

A trois semaines de la conférence de Paris sur le climat, l'ONU a lancé vendredi un nouvel avertissement dans un rapport estimant que: bien que "sans précédent", les promesses de réduction des gaz à effet de serre faites par les Etats sont encore "loin d'être suffisantes" pour contenir le réchauffement de +2°C.

Les mesures préparatif au COP21 du gouvernement français semblent être bien éloignées des questions climatiques. 

Ainsi, le Conseil départemental de la Moselle a proposé de distribuer des pommes marquées naturellement avec la Tour Eiffel et les portraits du président français François Hollande, du ministre des Affaires Étrangères Laurent Fabius, du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et de Christiana Figueres, la principale responsable du climat à l'ONU figurant sur ces pommes aux chefs de délégations de la conférence COP 21, qui se tiendra à partir du 30 novembre à Paris pour souligner l'importance de l'accord sur le climat.

Les Français restent pourtant sceptiques face à cette démarche pathétique.


Lire aussi:

COP21: le calendrier chinois indépendant de celui de Paris
Fabius à Bonn pour les ultimes négociations avant la COP21
Macron évoque la possibilité de «lever le pass» dans certains territoires
Tags:
France, Maxime Combes, ATTAC France, COP 21, frontière, climat, contrôles
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook