Ecoutez Radio Sputnik
    A seller of newspapers installs in shelf, several Charlie Hebdo newspapers at a newsstand in Nice southeastern France, Wednesday, Jan. 14, 2015

    Cette association française qui n'est plus Charlie

    © AP Photo / Lionel Cironneau
    International
    URL courte
    48844
    S'abonner

    Le président de l’association française ROUE (Rassemblement pour l'Organisation de l'Unité européenne), Michel Grimard, a dénoncé la publication des caricatures tournant en dérision le crash de l’Airbus russe dans le Sinaï égyptien par le journal satirique Charlie Hebdo.

    "Une attitude aussi cavalière à l'égard d'une tragédie ayant plongé tout un pays dans un deuil profond ne fait pas honneur aux auteurs des caricatures en question", a souligné l'homme politique, dont les propos ont été traduits du russe.

    "Des caricatures aussi honteuses ne peuvent être justifiées en s'abritant derrière la liberté d'expression", a-t-il ajouté.

    M.Grimard a également rappelé qu'après l'attaque terroriste perpétrée contre la rédaction de l'hebdomadaire français en janvier dernier, le ROUE avait été parmi les premiers à prendre la défense le droit des journalistes à la liberté d'expression.

    "Les caricatures se moquant de la tragédie qui a causé la mort de 224 personnes relèvent d'une attitude blasphématoire envers les familles touchées par la catastrophe", s'est-il indigné.

    Alors que les autorités françaises restent silencieuses dans leur appréciation des caricatures, les Français sont très actifs sur Internet et expriment notamment leur désapprobation sur Sputnik. Il semble que si les autorités se cachent derrière la liberté d'expression, les Français estiment de leur côté que la liberté doit avoir des limites.

    En août 2015, l'hebdomadaire Charlie Hebdo s'était déjà moqué d'une catastrophe aérienne, consacrant la une de son numéro à la découverte de débris de Boeing à La Réunion et dessinant une caricature intitulée: "Malaysia Airlines: l'espoir", où on pouvait lire: "On a retrouvé un bout du pilote et de l'hôtesse de l'air". Cette publication avait révolté les familles des victimes.

    En septembre 2015, l'hebdomadaire satirique s'est trouvé au centre d'un nouveau scandale sur fond de crise migratoire en Europe. Les utilisateurs des réseaux sociaux, en France et à l'étranger, ont critiqué l'édition pour avoir publié plusieurs caricatures du réfugié syrien de 3 ans, Aylan, retrouvé mort sur une plage turque et dont la photo a bouleversé le monde entier.

    Un Airbus-A321 de la compagnie aérienne Metrojet (connue également sous le nom de Kogalymavia) ayant décollé de l'aéroport de Charm el-Cheikh s'est écrasé dans le Sinaï le 31 octobre dernier. Aucune des 224 personnes qui se trouvaient à bord de l'avion n'a survécu.

    Il s'agit de la pire catastrophe aérienne de l'histoire de la Russie.

    La branche égyptienne du groupe djihadiste Etat islamique a par la suite affirmé sur Twitter être responsable du crash, affirmant avoir agi en représailles à l'intervention russe en Syrie.

    Ni les autorités russes, ni les autorités égyptiennes n'ont confirmé cette hypothèse.

     

    Lire aussi:

    Caricatures de Charlie Hebdo: le Sénat russe attend de Paris des explications
    L'auteur des caricatures de Mahomet quitte Charlie Hebdo
    Caricatures du petit Aylan: Charlie Hebdo au centre d'un nouveau scandale
    Tags:
    Je suis Charlie, crash d'avion, Airbus A321, Charlie Hebdo, Michel Grimard, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik