Ecoutez Radio Sputnik
    Aéroport de Charm el-Cheikh, novembre 2015

    Egypte: les lacunes de sécurité choquantes de l'aéroport de Charm el-Cheikh

    © AP Photo / Vinciane Jacquet
    International
    URL courte
    Crash d'un Airbus A321 en Egypte (2015) (67)
    13314

    Des journalistes ont découvert que le niveau de sécurité à l'aéroport de Charm el-Cheikh est dangereusement bas, les problèmes provenant du personnel de l'aéroport ainsi que des technologies utilisées.

    Des failles non-négligeables en termes de sécurité ont récemment été découvertes par des journalistes à l'aéroport de Charm el-Cheikh.

    Ainsi, selon Associated Press, les journalistes ont appris qu'un scanner à rayons X censé vérifier le contenu des bagages ne fonctionnait plus et que le personnel n'était soumis à aucun contrôle de sécurité avant de sortir sur le terrain d'aviation.

    Sept employés de l'aéroport souhaitant garder l'anonymat ont fait savoir qu'en dépit de plusieurs plaintes au sujet du scanner en panne, la direction n'avait pas voulu le remplacer.

    Un des employés a également souligné que les policiers s'occupant des contrôles à l'aéroport avaient l'habitude de prendre des pots-de-vin.

    "Je ne peux même pas dire combien de fois j'ai découvert des sacs pleins de drogue et d'armes dont les propriétaires passaient le contrôle des policiers en leur filant seulement 10 euros", a fait remarquer l'interlocuteur des journalistes.

    Un autre scanner censé vérifier le contenu des bagages dans la zone de chargement était souvent éteint "pour des raisons d'économie de l'énergie". Toutefois, l'appareil était toujours allumé lors des contrôles menés par des experts internationaux.

    "Dommage que des contrôles de ce genre ne soient pas organisés chaque jour", a regretté la source.

    En outre, selon les témoignages d'employés de l'aéroport, il est considéré comme impoli de faire passer un contrôle à un ami ou aux amis de ce dernier. Il en va de même pour les chauffeurs livrant de la nourriture pour les avions — les gardiens les connaissent personnellement et ne les contrôlent donc pas assez souvent.

    Un Airbus A321 de la compagnie aérienne Metrojet (connue également sous le nom de Kogalymavia) ayant décollé de l'aéroport de Charm el-Cheikh s'est écrasé dans le Sinaï le 31 octobre dernier. Aucune des 224 personnes qui se trouvaient à bord de l'avion n'a survécu. Il s'agit de la pire catastrophe aérienne de l'histoire de la Russie.

    Mercredi, le gouvernement britannique a annoncé avoir des raisons de croire que le crash de l'avion russe aurait été provoqué par l'explosion d'une bombe installée à son bord par des terroristes.

    Il est à noter que suite au crash, la branche égyptienne du groupe djihadiste Etat islamique avait revendiqué la catastrophe sur Twitter, affirmant avoir agi en représailles à l'intervention russe en Syrie.

    Ni les autorités russes, ni les autorités égyptiennes n'ont confirmé cette hypothèse.

    Pourtant, pour des raisons de sécurité, la Russie a suspendu tous les vols à destination et en provenance de l'Egypte. La Grande-Bretagne a quant à elle a mis fin aux vols entre Charm el-Cheikh et le Royaume-Uni.

    L'Irlande et les Pays-Bas, ainsi que les compagnies aériennes Etihad Airways, Air Arabia, Qatar Airways, Jazeera Airways, Gulf Air, Air Berlin ont suspendu des vols dans le Sinaï.

    Afin d'assurer la sécurité des touristes en Egypte, certains pays, dont l'Italie, envoient leurs experts à l'aéroport de Charm el-Cheikh.

     

    Dossier:
    Crash d'un Airbus A321 en Egypte (2015) (67)

    Lire aussi:

    Crash de l'A321: après le décryptage d'une boîte noire, le mystère persiste
    Crash en Egypte: la piste de l'explosion d'un moteur
    Crash de l'A321: Le Caire écarte la piste terroriste
    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Tags:
    morts, sécurité des vols, aéroport, accident, victimes, avions, sécurité, crash d'avion, Saint-Pétersbourg, Pays-Bas, Royaume-Uni, Italie, Egypte, Sinaï, Moscou, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik