Ecoutez Radio Sputnik
    Airbus A321, Egypte 2015

    La boîte noire exclut un dysfonctionnement à bord de l’avion russe

    © Sputnik . Maxim Grigoryev
    International
    URL courte
    Crash d'un Airbus A321 en Egypte (2015) (67)
    38282

    Selon l'enregistreur de bord, le vol de l'Airbus-321 se déroulait de façon normale jusqu’au moment du crash, a fait savoir le Comité intergouvernemental d'aviation (MAK).

    L'enregistreur de bord de l'avion A321 a cessé l'enregistrement à 9.400 mètres lors de la prise d'altitude.

    "Jusqu'à ce moment précis, le vol se déroulait conformément à la norme, et aucune information sur un dysfonctionnement des systèmes et des équipements de l'avion n'a été enregistrée", stipule le message publié sur le site du MAK (organisme basé à Moscou qui mène l'enquête en cas d'accidents aériens en Russie, ndlr).

    Le Comité a également précisé que la collecte et l'examen
    des fragments de l'avion se poursuivait sur le site de la
    catastrophe.

    Auparavant, les autorités égyptiennes ont annoncé que la boîte noire de l'Airbus A321 avait enregistré un bruit à la dernière seconde du vol, sans pour autant tirer de conclusions sur sa nature.

    La chaîne de télévision France 2 a pour sa part fait savoir vendredi que l'analyse des boîtes noires permettait d'entendre distinctement le bruit d'une explosion, qui ne serait pas accidentelle.

    Terroristes à l'accent britannique?

    La version de l'attentat est promue par les Etats-Unis et le Royaume-Uni, dont les services secrets affirment avoir intercepté des messages des djihadistes de l'EI laissant comprendre que le crash de l'avion aurait été provoqué par l'explosion d'une bombe installée à bord de l'avion russe.

    Selon le quotidien britannique Daily Telegraph, il semblerait que les terroristes étaient des ressortissants du Royaume-Uni, car les paroles interceptées par les services de renseignement étaient prononcées avec un accent britannique.

    "Nous ne pouvons pas vérifier ces messages pour l'instant, et il est trop tôt de conclure que les terroristes étaient citoyens de Grande-Bretagne. Mais si c'est vrai, alors ces messages rendent le problème des Britanniques rejoignant les rangs de l'EI encore plus aigu", fait remarquer le quotidien.

    Un Airbus A321 de la compagnie aérienne Metrojet (connue également sous le nom de Kogalymavia) ayant décollé de l'aéroport de Charm el-Cheikh s'est écrasé dans le Sinaï le 31 octobre dernier. Aucune des 224 personnes qui se trouvaient à bord de l'avion n'a survécu. Il s'agit de la pire catastrophe aérienne de l'histoire de la Russie.

    Il est à noter que suite au crash, la branche égyptienne du groupe djihadiste Etat islamique avait revendiqué la catastrophe sur Twitter, affirmant avoir agi en représailles à l'intervention russe en Syrie.

    Ni les autorités russes, ni les autorités égyptiennes n'ont toutefois confirmé cette hypothèse.

     

    Dossier:
    Crash d'un Airbus A321 en Egypte (2015) (67)

    Lire aussi:

    Crash en Egypte: Moscou et le Caire renforcent leur coopération
    Crash de l'A321: après le décryptage d'une boîte noire, le mystère persiste
    Crash en Egypte: la piste de l'explosion d'un moteur
    Tags:
    services secrets, explosion, lutte antiterroriste, terrorisme, morts, victimes, accident, avions, crash d'avion, attentat, Communauté des Etats indépendants (CEI), Etat islamique, France 2, Royaume-Uni, Proche-Orient, Europe, Saint-Pétersbourg, Moscou, Russie, Le Caire, Charm el-Cheikh, Sinaï, Egypte
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik