Ecoutez Radio Sputnik
    manifestants menés par la branche française de Pegida ont marché dimanche dans les rues de Calais

    Le Pegida français manifeste à Calais "contre l'Islam et l'invasion migratoire"

    © Photo. capture d`écran
    International
    URL courte
    51908

    De 100 à 200 manifestants menés par la branche française de Pegida ont marché dimanche dans les rues de Calais, en scandant: "la France aux Français, Calais aux Calaisiens", alors qu'on ne voyait qu'une trentaine de contre-manifestants.

    Plusieurs dizaines des manifestants sont venus de tous les coins du pays à Calais pour dénoncer, selon eux, les conséquences tragiques de la crise migratoire pour la population française et européenne, la marche ayant été initiée par la branche française de Pegida. 

    Les manifestants scandaient: "Les nôtres avant les autres, les Français avant les migrants, Calais aux Calaisiens!", en réclamant le départ immédiat des migrants. En exigeant "une France pour les Français", ils en mettaient un accent particulier sur une France "blanche".

    Electre, activiste française, qui a participé à la marche de dimanche, a déclaré à Sputnik qu'elle se félicitait de l’existence de la branche française de Pegida. 

     

    "Pegida est un mouvement que j'apprécie beaucoup parce qu'il donne une lueur d'espoir pour le destin des peuples européens. Le génocide blanc, qui est à l'origine de cette crise migratoire qu'on nous fait subir doit être reconnu", a-t-elle tranché.  

    Selon Philippe Mignonet, adjoint au maire de Calais, le "génocide blanc" est une expression forte et alarmante. Le fonctionnaire dénonce l'attitude des autorités et exige que le gouvernement ait enfin le courage d'interdire ce genre de manifestations. 

     

    Catherine Wihtol de Wenden, politologue et sociologue française, militante du droit à l'immigration en France, a donné ses raisons de la montée de la popularité des mouvements nationalistes en France, notamment à Calais.

    L'extrême droite mais aussi l'extrême gauche secouent la France avec leurs idées extrémistes, ne cherchant pas de solution plus loin que les frontières française ou européennes. Mais les proportions des arrivées augmentent tous les jours car les guerres continuent à faire fuir les gens de leurs propres pays. Il se peut que le problème ne se cache pas uniquement sur le sol européen.

    "D'abord j'aurai tendance à dire que Calais est travaillée par la montée de l'extrême droite, également dans toute la région Nord pas de Calais et Picardie, à l'approche des élections régionales, Donc Calais, qui avait une attitude plutôt respectueuse des populations et de solidarité — qu'on retrouve toujours chez les associations présentes dans cette région est travaillée par le front national qui fait campagne sur la question des réfugiés. Je pense qu'on peut interpréter la manifestation dans ce sens-là. D'autre part Calais c'est une situation de crise profonde. Il ne faut pas oublier que depuis plusieurs années, les populations vivent dans une espèce de bidonville, qui est en train de devenir une ville à elle toute seule. Avec toute des conflits de groupe autour de toute une série d'enjeux, sanitaires, de passeurs, et également religieux".

    Lire aussi:

    Allemagne: Pegida fait un mur humain pour arrêter les migrants
    Pegida déplore que les chambres à gaz soient hors-service
    Allemagne: Pegida veut s'affirmer en tant que force politique
    Tags:
    Pegida (mouvement), Philippe Mignonet, Calais, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik