Ecoutez Radio Sputnik
    David Cameron

    Référendum UE: David Cameron présente ses quatre objectifs de renégociation

    © AFP 2018 ALAIN JOCARD
    International
    URL courte
    15920

    Le premier ministre britannique David Cameron a présenté ce mardi ses quatre objectifs dans le processus de renégociation avec les autres Etats membres de l'UE, n'excluant pas de "reconsidérer" l'appartenance du Royaume-Uni à l'UE s'il n'obtenait pas ce qu'il veut.

    Lors d'un discours au centre de réflexion Chatham House, le dirigeant britannique s'est dit "confiant" sur le fait de trouver un accord avec l'UE. Mais David Cameron a assuré qu'il "reconsidérera" l'appartenance du Royaume-Uni à l'UE s'il n'obtient pas les réformes demandées.

    Le premier ministre britannique a détaillé quatre demandes, déjà connues: il veut que l'UE ne fasse pas de discrimination entre les Etats non membres de la zone euro, mette plus l'accent sur la compétitivité du marché unique, accorde au Royaume-Uni une exemption d'aller vers une union toujours plus resserrée et lui octroie un plus grand contrôle sur l'immigration.

    "Je suis tout à fait confiant que nous obtiendrons un accord avec l'Union européenne qui convienne au Royaume-Uni", a-t-il assuré, cité par l'AFP.

    Toutefois, s'il n'obtient pas ce qu'il veut, David Cameron a répété qu'il "n'excluait rien".

    En outre, selon The Times, David Cameron souhaite que le référendum sur le maintien du Royaume-Uni au sein de l'UE qu'il a promis d'ici la fin 2017 se tienne en juin 2016. Un calendrier qui dépendra toutefois de l'accord des dirigeants des autres Etats membres de l'UE sur le plan de réformes britanniques, sera présenté lors d'un sommet prévu en décembre.

    Lire aussi:

    "Brexit": la Chambre des communes approuve la tenue d'un référendum
    Londres brandit la menace d’une sortie de l’UE
    Londres pose des conditions pour son maintien dans l'UE
    Tags:
    référendum, Union européenne (UE), David Cameron, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik