International
URL courte
13603
S'abonner

Rien n'empêche désormais la Russie de livrer des systèmes de missiles antiaériens S-300 à l'Iran.

Moscou et Téhéran ont signé un nouveau contrat portant sur la livraison de missiles sol-air S-300 à l'Iran, a annoncé mardi le consortium public Rostec dans un communiqué.

"La Russie et l'Iran ont signé un contrat prévoyant la livraison de systèmes antiaériens russes S-300", lit-on dans le communiqué qui cite le PDG du consortium Sergueï Tchemezov. Ce dernier a annoncé cette nouvelle lors du salon aérospatial Dubai Airshow 2015.

Le président de Rostec a également fait savoir qu'après l'exécution de la première partie du contrat, l'Iran retirerait sa demande en justice déposée à l'encontre de la Russie qui avait refusé de livrer des S-300 en raison des sanctions internationales contre Téhéran.

Selon M. Tchemezov, l'Iran recevra une version modernisée de cette arme.
Le quotidien russe Kommersant indique pour sa part que Téhéran a acheté quatre batteries de S-300PMU2 Favorit autrefois destinées à la Syrie. D'après le journal, ces systèmes n'avaient pas été livrés à Damas à la demande d'Israël.

"Le prix du contrat s'élève à environ un milliard de dollars. Les systèmes seront livrés au plus tôt au milieu de l’année 2017", rapporte le journal.

La signature du nouveau contrat russo-iranien met un point final dans le litige entre les deux pays dû au refus de Moscou de livrer cette arme à Téhéran.

Conformément au contrat conclu en 2007, la Russie s'est engagée à fournir cinq batteries de S-300 pour un montant de 800 millions de dollars. Cependant, en 2010, le président russe de l'époque Dmitri Medvedev a suspendu l'exécution du contrat en raison des sanctions infligées à l'Iran par le Conseil de sécurité de l'Onu.

Lire aussi:

Missiles russes S-300 pour l'Iran: le contrat entre en vigueur
S-300: Washington cherche à torpiller le contrat russo-iranien
Israël: les chasseurs modernisés contre le missile sol-air S-300
Tags:
contrat, livraisons, S-300, Rostec, Sergueï Tchemezov, Iran, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook