Ecoutez Radio Sputnik
    Marine Le Pen

    David Cameron, un exemple pour Marine Le Pen

    © REUTERS / Yves Herman
    International
    URL courte
    Crise migratoire (789)
    38528
    S'abonner

    La chef du Front National se dit inspirée par la position du premier ministre britannique à l'égard des réformes au sein de l'UE, notamment en ce qui concerne la politique migratoire de l'Union.

    Dans une interview accordée récemment à Bloomberg, la chef du parti d'extrême droite Front National a fait savoir qu'elle était ravie de voir que David Cameron faisait ce qu'elle voudrait faire pour la France.

    Selon Marine Le Pen, le premier ministre britannique utilise les mois qui restent avant le référendum sur la sortie éventuelle de la Grande-Bretagne de l'UE afin d'obtenir ce dont le pays a actuellement besoin, soit plus de souveraineté et plus de liberté.

    Il est à noter que selon certaines sources, Marine Le Pen essaye de prendre ses distances vis-à-vis de l'aile radicale du FN. Néanmoins, le parti est toujours considéré comme un parti d'extrême droite soutenant la rhétorique de la fermeture des frontières face à la crise migratoire en Europe.

    La chef du parti affirme qu'elle voudrait que la France quitte la zone euro tout en sortant de l'espace Schengen, qui permet la libre circulation des travailleurs entre les pays membres de l'UE. Selon elle, le redressement économique en France ne serait possible qu'en dehors de l'Union.

    Souvent accusée d'être raciste, le FN avec Marine Le Pen à sa tête jouit pourtant d'une cote de popularité assez élevée, et ce, à un mois des élections régionales.

    Mardi, 10 novembre, David Cameron s'est prononcé pour le réexamen de certains principes du fonctionnement de l'UE sur fond d'exigences émises par Londres. Ainsi, le chef du gouvernement britannique a présenté quatre objectifs, insistant notamment sur la nécessité d'un moratoire de quatre ans pour l'obtention d'aides sociales pour les migrants, une meilleure protection de l'économie du pays contre les décisions votées par les autres pays membres de la zone euro, la possibilité de s'abstenir du principe européen d'union plus étroite, ainsi que le renforcement des pouvoirs des parlements nationaux afin de pouvoir bloquer les lois de l'UE.

    Un référendum sur l'avenir de la Grande-Bretagne au sein de l'UE se tiendra d'ici la fin de 2017, pourtant certains médias estiment que le vote peut être organisé dès 2016.

     

    Dossier:
    Crise migratoire (789)

    Lire aussi:

    Référendum UE: David Cameron présente ses quatre objectifs de renégociation
    L'UE a accueilli 1,2 M de migrants clandestins en 2015
    La crise des migrants augure-t-elle l'effondrement de l'UE?
    Tags:
    libertés, souveraineté, réformes, migrants, politique, crise migratoire, Union européenne (UE), Front national (FN), David Cameron, Marine Le Pen, Royaume-Uni, France, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik