International
URL courte
18517143
S'abonner

L'Union européenne appelle la Russie à ne pas introduire d'embargo alimentaire contre l'Ukraine après l'association économique comprenant une zone de libre-échange entre l'Ukraine et l'UE et qui entrera en vigueur le 1er janvier, a déclaré la Commissaire européenne au commerce Cecilia Malmström.

La Commissaire a également promis de faire tout possible pour que l'Ukraine soit exemptée des répercussions négatives de l'introduction potentielle de l'embargo alimentaire de la part de la Russie.

"Je ne suis pas sûre de ce qui se passera le 1er janvier, je voudrais le savoir mais je ne sais pas. Pour notre part, nous faisons tout notre possible pour éviter des conséquences négatives. L'UE accorde déjà une grande aide à l'Ukraine pour prêter assistance dans une situation compliquée, elle ouvre le marché à l'Ukraine. Cela crée d'énormes possibilités pour le business ukrainien pour exporter vers l'UE", a déclaré Mme Malmström, cité par l'agence de presse ukrainienne UNN.

Elle a fait remarquer  que lors des consultations avec les pouvoirs russes, l'Union européenne avait incité la Russie à ne pas introduire d'embargo.

Plus tôt, le ministre russe du Développement économique Alexeï Oulioukaïev a déclaré que la Russie était prête à introduire l'embargo alimentaire contre l'Ukraine. 

En d'autres termes, la Russie ne s'opposait pas à la partie politique de l'accord d'intégration de l'Ukraine, mais a déclaré qu'elle engagerait des mesures de rétorsion quant à sa partie économique. Le fait est qu'à l'heure actuelle, en tant que membre de la CEI, l'Ukraine dispose d'un régime préférentiel de commerce avec la Russie. Après l'intégration de l'Ukraine dans l'UE, les taxes douanières mutuelles seraient annulées et la Russie pourrait être inondée de marchandises de l'UE et des USA.

Le ministère russe du Développement économique et l'Union économique eurasiatique avertissent que les marchandises eurasiatiques et européennes ne sont pas soumises aux mêmes normes phytosanitaires et règles techniques. De plus, la Russie perçoit un risque de réexportation des produits européens, qui pourraient simplement être présentés comme des marchandises ukrainiennes.


Lire aussi:

Venue vider le logement de son père défunt, elle fait une découverte explosive
Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
Tags:
Accord d'association Ukraine-UE, embargo, sanctions, Union européenne (UE), Cecilia Malmström, Europe, Ukraine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook