International
URL courte
27533
S'abonner

L’Agence russe anti-dopage ne convient pas aux normes internationales, une telle décision prononcée par l'Agence mondiale antidopage (AMA) vendredi soir.

Le Comité de l'AMA considère que l'Agence russe anti-dopage ne convient pas aux normes de l'organisation, a rapporté Natalya Gelanova, porte-parole du ministère russe des Sports.

"Cette décision devrait être ensuite confirmée par le conseil des fondateurs de l'AMA, qui se tiendra à Colorado Springs, aux USA, le 18 novembre", a précisé Mme Gelanova.

Lors de cette rencontre, l'AMA entend également évoquer la question du laboratoire russe, a-t-elle ajouté.

Aujourd'hui, le ministre russe des Sports Vitali Moutko a adressé au président de l'AMA une requête visant à effectuer, via une procédure accélérée, la réaccréditation du laboratoire, dans la mesure où la fin de cette accréditation aboutirait à un arrêt des financements, et que par conséquent, le laboratoire russe perdrait son personnel hautement qualifié, ce qui fragiliserait incontestablement le système russe antidopage.

De plus, M. Moutko s'est dit prêt à accueillir des experts en matière d'antidopage, tant au laboratoire qu'à l'Agence russe en question.

Station du contrôle de dopage
© Sputnik . Iliya Pitalev

Lundi, l'Agence mondiale antidopage a publié un rapport de 300 pages sur le "dopage d'Etat" en Russie, recommandant de suspendre la Fédération russe d'athlétisme de toutes les compétitions internationales, y compris des Jeux olympiques 2016 de Rio de Janeiro. L'agence a également annoncé la fin de l'accréditation pour le laboratoire antidopage de Moscou, entraînant celle de l'Agence russe antidopage. Par la suite, l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF) a lancé la procédure d'application des sanctions demandées par l'AMA.

Jeudi, pour prouver son innocence, la Russie a présenté devant l'IAAF un rapport détaillé rejetant la plupart des accusations de l'Agence et confirmant certaines d'entre elles.

Le rapport visait à expliquer que des cas de dopage avaient réellement eu lieu, mais à l'époque de la précédente présidence, a indiqué le président par intérim de la Fédération russe d'athlétisme Vadim Zelitchenok.

Le ministre russe des Sports, pour sa part, a estimé que les conclusions de la commission reposaient sur des informations non vérifiées provenant de sources douteuses et que ce n'étaient que des calomnies.

M. Moutko a également annoncé, plus tôt dans la semaine, que Moscou n'allait pas boycotter les Jeux olympiques 2016 même si la Russie est suspendue des compétitions internationales.

"La Russie est contre le boycott. Elle est contre l'ingérence de la politique dans le sport", a fustigé le ministre.

Lire aussi:

Il Giornale: un scandale de dopage pour humilier la Russie après ses succès en Syrie
La Russie rejette les accusations de dopage organisé dans l'athlétisme
Athlétisme - dopage: cinq Russes suspendus (RUSADA)
La liste des départements classés en «zone rouge» s’allonge à nouveau
Tags:
dopage, Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), Agence mondiale antidopage (AMA), Vitali Moutko, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook