International
URL courte
L'Etat islamique (2014) (1131)
14600
S'abonner

Des parlementaires d'opposition français, dont le député de l'Aube Les Républicains Nicolas Dhuicq, se sont rendus en Syrie et ont rencontré le président syrien Bachar el-Assad.

Ce déplacement était destiné à soutenir les Chrétiens d’Orient qui souffrent beaucoup, à réaffirmer notre souhait d'une politique étrangère française indépendante et à "rétablir les relations" avec la société syrienne, a déclaré à Sputnik le député de l'Aube Les Républicains (LR) Nicolas Dhuicq. 

"Nous souhaitons qu'il y ait une coalition large, qui intègre la Russie et qui soutienne les troupes du régime syrien. Nous verrons après, une fois que la guerre aura été gagnée, comment modifier ce régime et comment le faire évoluer", a indiqué M.Dhuicq qui est également secrétaire du groupe d'amitié France-Russie. 

Les députés ont salué "l'efficacité" de l'intervention militaire russe en Syrie, une position qui va à l'encontre de celle du gouvernement français. 

"C’était aussi l’occasion de nous rendre sur place et de voir un peu ce qui se passe là-bas (…) Vous savez qu’il y a toujours les liens historiques entre la Syrie et la France", a ajouté le parlementaire. 

Selon M.Dhuicq, lors d'un entretien avec Bachar el-Assad, les députés se sont intéressés à son point de vue, à sa vision des choses. 

"C'est le président d’un Etat souverain qu’est la Syrie qui est un Etat organisé et d’une nation qui est une nation soudée et surtout qui n’est pas fondée sur les différences religieuses, le dernier Etat laïc dans ce secteur", a-t-il souligné. 

Et d'ajouter qu'au niveau international, les parlementaires avaient plaidé pour une large coalition qui intègre la Russie parce que l’intervention aérienne russe avec la bonne coordination avec les troupes au sol syriennes donnait des résultats. 

"La guerre se gagnera au sol donc je demande à ce que la coalition soit la plus large possible et intègre l’aviation russe qui est en opération actuellement", a dit M.Dhuicq.

Il a insisté sur la nécessité de se souvenir qu'il y avait un Etat qui s’appelait la Syrie et qu’on ne résoudrait pas le problème syrien si l’on n’intégrait pas l’Etat syrien dans les négociations, en déclarant par ailleurs qu'il rejetait le terme d'"islamiste modéré". 

"Un islamiste modéré pour moi cela n’existe pas et c’est pour ça que j’insiste sur le fait qu’Al-Nosra, Al-Qaïda et Daech, c’est la même chose, a-t-il conclu.

Dossier:
L'Etat islamique (2014) (1131)

Lire aussi:

Pour combattre l'EI, la France doit coopérer avec la Russie et les USA
Syrie: la France frappe un fief de l'EI, à Raqqa
Sarkozy insiste sur une alliance avec Moscou dans la lutte contre l'EI
Plusieurs navires en proie aux flammes dans un port iranien - vidéos
Tags:
coalition, djihadisme, politique, Etat islamique, Bachar el-Assad, Nicolas Dhuicq, Russie, France, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook