Ecoutez Radio Sputnik
    Un Su-34 russe à Lattaquié

    500 camions-citernes détruits par les avions russes en Syrie

    © Sputnik . Dmitriy Vinogradov
    International
    URL courte
    Frappes aériennes russes contre les terroristes en Syrie (419)
    10928010

    Les bombardiers Su-34 russes ont procédé à la destruction des sites pétroliers contrôlés par l'EI en Syrie.

    Environ 500 camions-citernes, transportant illégalement du pétrole de Syrie en vue de son raffinage en Irak, ont été détruits par les avions russes en quelques jours, a annoncé Andreï Kartapolov, le chef du service opérations de l'Etat-major général des Forces armées russes.

    "L'aviation russe a détruit près de 500 camions-citernes en quelques jours. Les terroristes ont moins de possibilités d'exporter illégalement des produits pétroliers et leurs revenus provenant de la contrebande de pétrole ont diminué", a indiqué le général Kartapolov lors d'un point presse.

    Les bombardiers russes Su-34 visent des sites de production, de transformation, et de transport de pétrole appartenant aux terroristes du groupe terroriste Etat islamique (EI). "Ces dernières années, l'EI et d'autres groupes extrémistes ont mis en service un "oléoduc mobile" sur les territoires qu'ils contrôlent", a ajouté le général Kartapolov présentant des photos où des centaines de camions-citernes.

    Selon lui, des centaines de camions-citernes transportent des milliers de tonnes de pétrole en Irak et cela constitue la principale source de revenus pour les terroristes.

    Dossier:
    Frappes aériennes russes contre les terroristes en Syrie (419)

    Lire aussi:

    La base russe de Hmeimim repousse une attaque aux lance-roquettes multiples, 180 djihadistes éliminés
    Moscou commente la reprise par les USA des importations de pétrole vénézuélien
    Conseil des ministres ou «pyjama party»? La tenue de Sibeth Ndiaye devient la risée de la Toile
    Tags:
    frappe aérienne, Su-34, Etat islamique, Andreï Kartapolov, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik