International
URL courte
6712
S'abonner

Avant le début du match amical de football entre les équipes grecque et turque, les supporteurs de cette dernière ont ignoré la minute de silence en commémoration des victimes des évènements de Paris. Le président adjoint du Parti républicain du peuple de la Turquie, Mehmet Bekaroglu s’est exprimé à ce sujet dans un entretien accordé à Sputnik.

Les supporteurs de l'équipe turque ont réagi à la minute de silence par des coups de sifflet, ce qui a provoqué un scandale et de nombreux commentaires. M.Bekaroglu évoque le problème de la violence grandissante dans la société turque.

"Le problème de l'attitude hostile des différents groupe sociaux les uns envers les autres, provoquée par les diversités religieuse, morale, culturelle, existait partout et depuis toujours, mais ces derniers temps, il augmente de manière dramatique dans la vie sociale de la Turquie", explique l'homme politique.

Selon lui, les litiges violents qui se forment parmi les autorités du pays, redescendent finalement vers toutes les couches sociales en Turquie. Les élites politiques semblent soutenir la rhétorique de la division de la population.

M.Bekaroglu explique la conduite des supporteurs turcs, cette absence de respect envers la mémoire des victimes françaises, par le sentiment intérieur de défaite qui s'est formé depuis longtemps dans la population du pays.

"C'est un problème qui exige une analyse psychologique profonde et sérieuse. Dans le domaine politique, on joue activement sur le sentiment de défaite. La rhétorique utilisée par le pouvoir reflète nettement l'idée qui est imposée à la population, l'idée que la Turquie est entourée par des ennemis de tous les côtés, et les seuls amis des Turcs, ce sont eux-mêmes", souligne l'homme politique.

Lire aussi:

La Turquie avait fourni à la France des informations sur un terroriste
Turquie: un kamikaze de l'EI se fait exploser dans le sud-est, quatre blessés
L'UE déplore de "graves reculs" sur la liberté d’expression en Turquie
L'accueil des migrants coûte 8 milliards de dollars à la Turquie
Tags:
agression, scandale, Parti républicain du peuple turc (CHP), Grèce, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook