Ecoutez Radio Sputnik
    Hollande tentera d'influencer la stratégie US contre l'EI

    L'EI, une erreur d’arrogance coloniale typique

    © AFP 2018 Alain Jocard
    International
    URL courte
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    341293

    Avec la prise de conscience du terrorisme, le monde aspire à savoir au juste qui est derrière les groupes terroristes. Michel Collon, fondateur du collectif indépendant Investig’Action, dresse une critique des grandes puissances mondiales et préconise de ne plus dicter sa politique au peuple syrien dans un entretien accordé à Sputnik.

    Michel Collon, journaliste, essayiste belge et fondateur du collectif indépendant Investig’Action est ferme:

    "Je crois que les responsables au-delà des exécutants qui ont commis des actes impardonnables et horribles, ce sont les gens qui les ont manipulés intellectuellement, qui les ont entraînés militairement, qui les ont financés et qui les ont acheminés vers la Syrie et l’Irak avant que certains reviennent en France et en Belgique. C’est un ensemble de grandes puissances – USA, France avec la complicité des autres pays occidentaux, Arabie Saoudite, Qatar et Turquie", estime le journaliste.

    Et il explique cela par une "arrogance coloniale typique", car d'après lui, les États-Unis et la France auraient "utilisé les terroristes pour renverser le gouvernement de Bachar el-Assad, comme c’était le cas de la Libye, par exemple".

    Pour appuyer ces dires Michel Collon cite une phrase qui symbolise pour lui cette responsabilité: "C’est M. Laurent Fabius…qui déclarait à Marrakech en décembre 2012  + sur le terrain, ils (Al Nosra, ndlr) font du bon boulot+".

    Il souligne qu'une telle voie ne serait qu'une trahison de la paix des populations locales ainsi que celle de la population française, car d'après lui tout le monde savait qu’il y avait un effet boomerang.

    "M.Hollande n’aurait jamais dû fermer les yeux sur les crimes des terroristes… Maintenant effectivement il est obligé d’accepter ce qu’il a refusé il n’y a pas longtemps: une alliance avec la Russie, une alliance avec l’Iran, pour essayer de trouver une solution là-bas", déplore Michel Collon.

    Le fondateur du collectif Investig’Action recommande de faire exactement le contraire de la politique de la France et de la Belgique. Pour lui, il est crucial de" rompre les relations avec l’Arabie saoudite et le Qatar qui continuent à financer le terrorisme de Daech et à recruter des gens pour aller se battre là-bas".

    "Si on cesse de prétendre que c’est à Paris ou à Washington ou à Bruxelles de décider qui doit être le dirigeant de la Syrie…si on cesse de pratiquer une géostratégie qui vise à exclure la Russie du Moyen-Orient, qui vise à l’encercler militairement…à ce moment-là toute la situation internationale va changer", conclut Michel Collon.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    Le mystère des Toyota de l'EI élucidé
    Les extrémistes en Syrie ont des lance-missiles Stinger
    Les insurgés syriens demandent des Stingers aux USA
    Une partie de "l'opposition modérée" syrienne rejoint Al-Qaïda
    Le Front al-Nosra s'unit avec l'EI et veut devenir l'"opposition modérée"
    Les USA ont fourni 50 tonnes de munitions à l'"opposition modérée" syrienne
    L'opposition modérée en Syrie, un fantôme selon Moscou
    Tags:
    attentat, coup d'Etat, terrorisme, Front al-Nosra, Etat islamique, Michel Collon, Laurent Fabius, François Hollande, Libye, France, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik