Ecoutez Radio Sputnik
    Migrants  en Allemagne

    Un chef de parti allemand salue l’abandon de la "culture de l’accueil"

    © AP Photo / Martin Meissner
    International
    URL courte
    Crise migratoire (784)
    2442

    Horst Seehofer, président de l’Union chrétienne-sociale (CSU) bavaroise, a prôné l’abandon de la "culture de l’accueil" qui avait encouragé, selon lui, l’arrivée de migrants cette année en Allemagne, annonce l’agence Reuters.

    Dans sa déclaration devant le congrès de la CSU à Munich, le chef de ce parti conservateur bavarois a exprimé son souhait de remplacer le principe d'accueil par une "culture de la raison". Selon lui, il ne faut pas essayer de résoudre les problèmes que l'on n'est pas capable de résoudre.

    M.Seehofer est le chef de ce parti allié de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière fédérale allemande Angela Merkel. Cependant, il avait déjà critiqué la politique migratoire de Mme Merkel, notamment son refus de fixer un plafond au nombre de migrants arrivant en Allemagne.

    Mme Merkel avait refusé de mener une politique dure envers les réfugiés. L'attitude de la chancelière fédérale a été saluée dans un premier temps, mais l'opinion publique s'est ensuite considérablement retournée contre elle.

    La crise migratoire a gravement touché l'Allemagne. Selon les derniers chiffres publiés par le ministère allemand de l'Intérieur vendredi, plus de 900.000 demandeurs d'asile ont été enregistrés dans le pays depuis le début de l'année 2015. La plupart d'entre eux arrivent en Allemagne par la Bavière.

    Dossier:
    Crise migratoire (784)

    Lire aussi:

    Migrants: le retour à l’accord de Dublin, une solution à la crise?
    L'UE a accueilli 1,2 M de migrants clandestins en 2015
    Réfugiés: le PM de la Bavière menace d'agir indépendamment de Berlin
    Allemagne: vers plus d’un million de réfugiés en 2015?
    Tags:
    réfugiés, crise migratoire, migrants, Union chrétienne-démocrate (CDU) d'Allemagne, Union chrétienne-sociale (CSU) d'Allemagne, Horst Seehofer, Angela Merkel, Bavière, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik