International
URL courte
1205167
S'abonner

En dépit d'un certain rapprochement avec Moscou face à la menace terroriste, l'Occident n'a pas l'intention d'abandonner sa politique de pressions sur la Russie, en raison de la crise ukrainienne.

Selon l'agence Reuters, qui cite une source diplomatique anonyme, dans les couloirs du dernier sommet du G20, les leaders occidentaux, dont le président américain Barack Obama, le premier ministre britannique David Cameron, la chancelière allemande Angela Merkel, le premier ministre italien Matteo Renzi et le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, se sont mis d'accord pour maintenir les sanctions décrétées à l'encontre de Moscou en lien avec les élections locales prévues en Ukraine.

"Les élections ukrainiennes constituent une tâche difficile. Nous n'aurons la chance d'obtenir ce que nous voulons qu'à condition de jouer la carte des sanctions. Les restrictions financières doivent rester en vigueur jusqu'à la fin", a fait savoir l'interlocuteur de l'agence.

Cette décision, a-t-il ajouté, avait été prise en dépit de nombreux appels à coopérer avec Moscou en matière de lutte contre le terrorisme et notamment les djihadistes de l'Etat islamique, après les attentats du 13 novembre à Paris.

Sur fond de crise ukrainienne et d'adhésion de la péninsule de Crimée à la Fédération de Russie, considérée par Kiev comme une annexion, les Etats-Unis et l'Union européenne ont imposé plusieurs volets de sanctions contre de hauts responsables et grandes entreprises russes.

Moscou a riposté en décrétant un embargo sur les importations de produits alimentaires en provenance des pays ayant introduit des sanctions à son encontre.

Lire aussi:

Kerry n’exclut pas la levée des sanctions contre la Russie
Forbes: la levée des sanctions antirusses est proche
Le secrétaire général de l'Otan appelle à prolonger les sanctions antirusses
Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, 20 morts et plus de 100 blessés - images
Tags:
rattachement de la Crimée, embargo, coopération, lutte antiterroriste, terrorisme, sanctions, Etat islamique, Union européenne (UE), Laurent Fabius, Matteo Renzi, Angela Merkel, David Cameron, Barack Obama, Crimée, États-Unis, Ukraine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook