Ecoutez Radio Sputnik
    Pentagone USA

    Le commandement central US diminuait exprès la puissance réelle de l'EI

    © Flickr/ Rudi Riet
    International
    URL courte
    446611

    Le Pentagone a ouvert une enquête interne afin d'établir qui l'a fait et pourquoi.

    Dans un rapport secret de l'année dernière, le commandement central américain (CENTCOM) a dissimulé de façon délibérée la puissance réelle du groupe terroriste Etat islamique et l'insuffisance de l'entraînement des forces armées irakiennes. Le New York Times a annoncé dans sa version électronique que le Pentagone avait ouvert une enquête interne afin d'établir qui l'avait fait et pourquoi.

    Le NYT se réfère à ses propres sources au sein des services secrets et du renseignement militaire américains. Selon ses données, l'année dernière, des analystes du CENTCOM ont composé une note d'information à l'intention du commandement militaire et des politiques expliquant les raisons pour lesquelles les combattants de l'EI avaient occupé si rapidement certaines villes irakiennes: les djihadistes avaient mis en fuite les unités de l'armée gouvernementale irakienne lesquelles, soit dit en passant, avaient été entraînées par des instructeurs américains.

    Le document a été examiné par des chefs supérieurs, et ceux-ci "ont apporté des changements substantiels" au texte. Ainsi, la version définitive du document ne disait pas un seul mot sur la fuite des soldats et officiers irakiens. Selon le NYT, il a été écrit dans le document que ces derniers avaient été tout simplement repositionnés".

    Le NYT est convaincu que le CENTCOM "a révisé les conclusions des analystes pour cacher les insuffisances des militaires américains dans la formation des troupes d'Irak". Le quotidien ignore à quel point ce document "édulcoré" a influé sur la politique générale de l'administration Obama dans la lutte contre Daech. Pour répondre à cette question il faudrait savoir combien régulièrement le CENTCOM fardait la vérité et trompait Washington.

    C'est justement là l'objectif de l'enquête entamée par le Pentagone et plusieurs membres du Congrès proches du dossier, y compris Mac Thornberry, président de la commission des forces armées de la Chambre des représentants des Etats-Unis (républicain du Texas). Les législateurs ont, on s'en doute, un grand nombre de questions à poser au général Steven Grove et à son adjoint Gregory Ryckman à ce sujet.

    Le NYT n'exclut pas que cette dissimulation aura pu donner une idée fausse au président Obama concernant l'efficacité des frappes de l'aviation américaine sur les positions de Daech en Irak et en Syrie. Le 15 janvier dernier Barack Obama a déclaré, dans un entretien à la chaîne de télévision ABC, que l'extension de l'influence de l'Etat islamique avait été stoppée et que ses combattants ne pouvaient plus occuper ni retenir de nouveaux territoires.

     

    Lire aussi:

    Le Pentagone veut intensifier la campagne aérienne anti-EI
    Le Pentagone joue à cache-cache avec ses combattants syriens dans le désert
    Washington salue les récentes frappes russes contre l'EI
    Tags:
    Etat islamique, Mac Thornberry, Irak, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik