International
URL courte
16116
S'abonner

Le premier ministre belge Charles Michel a déclaré que Bruxelles restait en niveau d'alerte maximum face à la menace d'attentats. Le métro et les écoles de Bruxelles resteront fermés lundi, les forces de sécurité seront renforcées.

"Nous craignons toujours que des attentats similaires à ceux de Paris soient commis à Bruxelles, en plusieurs endroits. Les cibles restent les transports, les centres commerciaux, les rues commerçantes. Le renforcement des forces policières et de l'armée est maintenu. Les écoles seront fermées à Bruxelles ce lundi", a déclaré Charles Michel lors d'un point de presse.

Selon le premier ministre, les cibles potentielles dans la capitale belge sont les centres commerciaux, les magasins et les transports publics.

Une nouvelle évaluation de la situation doit avoir lieu lundi après-midi, alors que le reste du pays demeure en niveau 3 d'alerte attentats (de maximum 4).

"Nous mettons tout en oeuvre pour un retour à une vie normale le plus rapidement possible", a assuré Charles Michel.

La Belgique a élevé samedi au niveau maximal son niveau d'alerte terroriste pour la ville de Bruxelles, évoquant une menace "imminente".

Deux des individus arrêtés ce week-end à Bruxelles et à Molenbeek-Saint-Jean dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris vendredi ont été inculpés "pour participation à un attentat terroriste et participation aux activités d'un groupe terroriste".

Molenbeek, une commune belge, est considéré comme une base arrière du djihadisme en Europe. Le commanditaire présumé des attentats du 13 novembre, Abdelhamid Abaaoud, dont la France a annoncé la mort jeudi, aussi bien que les frères Brahim et Salah Abdeslam sont tous originaires de Molenbeek.

Lire aussi:

Menace terroriste: arrestation d'un "personnage clé" à Bruxelles
Bruxelles en état d'alerte maximale pour une menace "imminente"
Attentats de Paris: un suspect interpellé à Bruxelles
Tags:
terrorisme, état d'alerte renforcé, attentat, Bruxelles
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook