International
URL courte
Crise migratoire (789)
30539
S'abonner

Plusieurs migrants, bloqués à la frontière entre la Grèce et la Macédoine, se sont cousu les lèvres en signe de protestation contre la politique migratoire de l’Union européenne (UE).

D'après la chaîne BBC, les protestataires, pour la plupart des ressortissants d'Iran, ont interrompu le trafic ferroviaire entre les deux pays aux alentours du village frontalier d'Idomeni. Plusieurs migrants originaires du Bangladesh et du Maroc ont par la suite rejoint les manifestants. 

La protestation en question a été déclenchée suite à la décision adoptée par certains pays des Balkans, dont notamment la Slovénie, la Croatie, la Serbie et la Macédoine, de ne laisser passer que des réfugiés en provenance d'Afghanistan, d'Irak et de Syrie, pays en proie à la guerre civile. Tous les autres réfugiés, qualifiés de migrants économiques, se sont vu refuser le droit de passage à travers la "route des Balkans", porte d'entrée par excellence de l'Europe occidentale.

La "sélection" de migrants a été durcie de façon drastique suite aux attentats de Paris, l'un des terroristes ayant sur lui un passeport syrien.

Des dizaines de campements provisoires ont déjà été montés aux alentours d'Idomeni. Les autorités grecques ont pour leur part mis à la disposition des réfugiés des autobus gratuits en destination d'Athènes afin que ceux-ci puissent revenir chez eux. Cependant, rares sont ceux qui ont saisi une telle "proposition".

Une représentante du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Ljubinka Brashnarska, avait auparavant déclaré que les migrants économiques tentant de traverser la frontière macédonienne se heurteraient inévitablement à la même "barrière" à la frontière serbe, ce qui rendrait leurs problèmes actuels encore plus graves.

L'Europe fait actuellement face à une crise migratoire d'une ampleur inégalée depuis la Seconde Guerre mondiale. L'arrivée de plus de 500.000 réfugiés a poussé les pays à chercher des moyens pour stabiliser la situation. En outre, l'Onu s'attend à l'arrivée d'au moins 850.000 migrants en Europe ces deux prochaines années.

Dossier:
Crise migratoire (789)

Lire aussi:

Conseil de l'Europe: non à l'amalgame entre migrants et terroristes
Attentats: Marine Le Pen demande "l'arrêt immédiat de tout accueil de migrants" en France
La Pologne veut créer une armée avec les migrants syriens
Jean-Yves Le Drian au Liban: «Il était désespéré, il est reparti sans avoir eu un résultat»
Tags:
crise migratoire, migrants, protestations, Afghanistan, Syrie, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook