International
URL courte
La Turquie abat un Su-24 russe (187)
1201535
S'abonner

Selon le président tchèque Milos Zeman, l'incident viendrait à l'appui de l'hypothèse selon laquelle la Turquie collabore avec le groupe terroriste Etat islamique (EI).

Le crash d'un bombardier russe engagé dans l'opération contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI) en Syrie ne fera qu'aggraver la situation dans la région, a déclaré mardi le président tchèque Milos Zeman.

"On entend de temps en temps des suppositions concernant la coopération entre la Turquie et l'Etat islamique. L'aviation russe lutte contre l'EI et l'attaque contre un avion militaire russe est une mesure trop radicale qui ne fera qu'aggraver la situation dans la région", a indiqué le président cité par la télévision tchèque.

Un bombardier russe Sukhoi Su-24 engagé dans l'opération contre le groupe terroriste Etat islamique (EI) en Syrie s'est écrasé mardi sur le territoire syrien, à 4 km de la frontière turque, alors qu'il rentrait à la base syrienne de Hmeimym après une mission. Selon les premières informations, les pilotes ont réussi à s'éjecter.

Le président russe Vladimir Poutine a fait une déclaration suite à l'incident, annonçant que le Su-24 avait été abattu dans l'espace aérien syrien par un missile air-air tiré par un chasseur turc F-16.

La Turquie a déclaré que ses chasseurs F-16 avaient abattu le bombardier russe suite à une violation de son espace aérien. Toutefois d'après les données objectives des systèmes de contrôle, l'avion se trouvait dans l'espace aérien syrien, a précisé le ministère russe de la Défense.

Dossier:
La Turquie abat un Su-24 russe (187)

Lire aussi:

L'attaché militaire turc convoqué au ministère russe de la Défense
Avion russe abattu: réunion extraordinaire de l'Otan à la demande de la Turquie
Ankara convoque le chargé d'affaires russe en Turquie
Un énorme husky joue avec un minuscule chaton – vidéo
Tags:
incident, crash d'avion, F-16 Fighting Falcon, Su-24, Etat islamique, Milos Zeman, République tchèque, Turquie, Syrie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik