Ecoutez Radio Sputnik
    Chute du Su-24 russe abattu par la Turquie dans l'espace aérien syrien

    The Independent: Erdogan sombre dans le désespoir

    © AP Photo / Haberturk TV
    International
    URL courte
    La Turquie abat un Su-24 russe (187)
    461636

    Un spécialiste du Proche-Orient analyse les "raisons politiques" qui ont poussé Ankara à abattre un avion militaire russe dans le ciel syrien.

    Il y a tout lieu de penser que l'attaque turque contre un bombardier russe, qui ne présentait aucune menace pour le pays, constitue une "manœuvre de diversion", écrit Ranj Alaaldin dans The Independent.

    "Le président turc est au désespoir: la politique de son parti à l'égard de la Syrie s'est avérée erronée", constate l'analyste. Selon lui, Ankara a sous-estimé la solidité du régime de Bachar el-Assad et soutenu les islamistes radicaux qui voulaient renverser ce dernier. Parallèlement, la Turquie s'est distanciée de l'Iran.

    "Or, quatre ans après, Assad est toujours au pouvoir, et son régime sera un élément crucial d'un plan de transition" en cours de négociation pour la Syrie, affirme Ranj Alaaldin.

    D'après lui, non seulement Assad et ses alliés se sont assuré le soutien de Moscou, mais ils ont encore obtenu que la communauté internationale — centrée sur la lutte contre l'Etat islamique — ne réclame plus le renversement immédiat du régime de Damas. Enfin, l'Iran a pris le devant de la scène politique dans la région et ne peut plus être ignoré par l'Occident.

    "Ce changement de priorités constitue un inconvénient de taille pour Erdogan. Des années de soutien et d'investissements dans des groupes islamistes comme le Front al-Nosra (filiale d'Al-Qaïda) et Ahrar al-Sham semblent partir en fumée", constate l'analyste, ajoutant qu'Ankara a "promis à Daech et à d'autres groupes djihadistes qu'ils allaient prospérer dans la région".

    "La Turquie n'a aucun intérêt à apporter au conflit syrien une solution pacifique que les puissances mondiales sont en train de chercher. Sombrant de plus en plus dans le désespoir, elle tente d'attirer de nouveau l'attention sur le régime d'Assad et de compenser par là même les échecs qu'elle a subis en Syrie et sur la scène géopolitique", constate Ranj Alaaldin.

    La décision d'abattre l'avion russe pouvait être motivée par des "considérations politiques", affirme l'expert, soulignant que le Su-24 ne présentait aucune menace pour la sécurité nationale de la Turquie.

    Cette attaque peut constituer pour Erdogan une "manœuvre de diversion très utile" qui lui permettrait notamment d'intensifier sa campagne militaire contre les Kurdes. Mais cette tactique finira à la longue par torpiller les chances de paix en Syrie et de victoire sur l'Etat islamique.

    "Pendant de nombreuses années, la Turquie a laissé des groupes djihadistes prospérer. Donc, méfiez-vous des raisons réelles pour lesquelles l'avion russe a été abattu", souligne l'analyste.

    Dossier:
    La Turquie abat un Su-24 russe (187)

    Lire aussi:

    Erdogan, un Poutine turc ?
    La victoire de l’AKP en Turquie a été possible grâce à Erdogan
    Avion russe abattu: Washington couvre la Turquie
    Un «cimetière» de Boeing 737 MAX découvert en Californie
    Tags:
    terrorisme, Kurdes, Su-24, Front al-Nosra, Etat islamique, Recep Tayyip Erdogan, Proche-Orient, Turquie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik