Ecoutez Radio Sputnik
    A NATO patch is fixed on a Turkish service member's flight suit

    "L'Otan devrait remplacer la Turquie par la Russie"

    © Photo. NATO / Dennis Tappe
    International
    URL courte
    7317221

    L'adhésion de la Turquie à l'Otan en 1952 était une décision à courte vue, cette alliance rappelant de plus en plus un "pacte avec le Diable".

    Il y a plus de 60 ans, les partisans de l'adhésion de la Turquie à l'Otan préconisaient que les Turcs pouvaient aider l'Alliance à faire face à l'expansion soviétique, mais c'était un pacte avec le Diable, écrit un observateur du magazine conservateur américain American Thinker.

    Par son intervention en 1974 à Chypre, la Turquie a provoqué une scission de l'Alliance et en 2012, elle a ouvert le feu sur des sites syriens, en l'expliquant par le fait que la Syrie avait tiré sur la Turquie. Au début des années 2000, le pays a entamé un virage vers l'islamisme, ce qui aurait dû donner un signal d'alarme à l'Otan. Ceux qui connaissent la longue et complexe histoire de cet Etat ont toujours constaté son penchant pour l'islamisme, note le magazine.

    Le président russe Vladimir Poutine réalise depuis des années des avertissements sur la menace islamiste, mais l'Occident les ignore. Le président français François Hollande a récemment appelé de son côté les pays du monde à s'unir pour combattre l'Etat islamique.

    Poutine souligne que la Turquie est depuis longtemps une alliée de l'EI en soutenant son trafic du pétrole. Le Pakistan, bien qu'il ne soit pas membre de l'Otan, mène lui aussi un double jeu dans la région, estime le journaliste.

    Poutine suscite l'admiration de nombreux Occidentaux car il a une stratégie géopolitique claire et nette. L'Occident a beaucoup plus de points de convergence avec la Russie qu'avec le monde islamique, c'est pourquoi l'Otan devrait réviser ses alliés et inviter la Russie à la rejoindre, en excluant parallèlement la Turquie.

    Lire aussi:

    Avion russe abattu: "arrêter toute négociation d'adhésion de la Turquie à l'UE"
    Fort du soutien de l'Otan, Erdogan est sûr de son impunité
    Avion russe abattu: Washington couvre la Turquie
    Coalition contre l'EI: Hollande poursuit sa quête et va voir Poutine
    Tags:
    islamisme, OTAN, Turquie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik