Ecoutez Radio Sputnik
    François Hollande et Vladimir Poutine

    Hollande: Paris et Moscou échangeront des données de renseignement

    © Sputnik . Sergei Guneev
    International
    URL courte
    31358
    S'abonner

    Selon le président russe Vladimir Poutine, la Russie et la France éviteront de frapper les forces syriennes prêtes à lutter contre le terrorisme.

    La Russie et la France échangeront des données de renseignement dans le cadre de la lutte contre le groupe terroriste Etat islamique (EI) en Syrie, a annoncé jeudi le présidente français François Hollande à l'issue d'une rencontre avec son homologue russe Vladimir Poutine à Moscou.

    "Nous nous sommes accordés, Vladimir Poutine et moi-même, sur trois points essentiels. Premièrement, nous allons augmenter les échanges d'informations et de renseignements de toute nature et notamment entre nos forces", a indiqué M.Hollande lors d'une conférence de presse conjointe avec M.Poutine.

    "Les frappes contre Daech seront intensifiées et feront l'objet d'une coordination pour augmenter leur efficacité et notamment sur le transport du pétrole. Troisièmement, et le président Poutine vient d'insister là-dessus, les forces luttant contre Daech et les groupes terroristes ne doivent pas être visées par nos actions. Nous devons aller frapper les groupes terroristes et Daech. Combattre Daech et les groupes terroristes, et eux seuls", a ajouté le président Hollande.

    "L'opération lancée par l'aviation russe en Syrie a porté préjudice au système de gestion et à l'infrastructure militaire des terroristes" et a porté un coup dur au financement de l'EI, grâce surtout au démantèlement du réseau de contrebande de pétrole, a déclaré le président russe Vladimir Poutine lors de la conférence de presse.

    Le chef de l'Etat russe a précisé que les missiles sol-air russes S-400 déployés sur le territoire syrien ne visaient aucun pays qui aidait Moscou à combattre les terroristes. La Russie avait déployé les missiles S-400 à la base aérienne de Hmeimim suite à la chute de son bombardier Su-24 abattu le 24 novembre en Syrie par la Turquie.

    "Les S-400 sont des missiles sol-air. Nous n'avons d'abord pas déployé ces missiles en Syrie, parce que nos avions volent à une altitude que les terroristes ne peuvent pas atteindre, car ils ne disposent pas de matériels capables d'abattre les avions à plus de 3.000 ou 4.000 m d'altitude", a expliqué M.Poutine.

    M.Hollande a remercié la Russie pour sa sympathie à l'égard des victimes des attentats du 13 novembre dernier à Paris et a promis d'aider Moscou à enquêter sur l'attentat à bord de l'Airbus A321 russe qui s'était écrasé dans le Sinaï le 31 octobre.

    M.Poutine a pour sa part remercié la France pour un dialogue "ouvert et substantiel". Les deux présidents se sont entendus pour poursuivre leurs discussions lors de la prochaine conférence internationale sur le climat (COP21) à Paris.

    Lire aussi:

    Hollande à Moscou pour coordonner l'action de la Russie et de la France face au terrorisme
    Face aux contradictions de sa politique extérieure, Hollande cherche le soutien de Poutine
    Hollande prône une désescalade entre Moscou et Ankara
    Tags:
    lutte antiterroriste, frappe aérienne, renseignement, S-400, Su-24, COP 21, Etat islamique, François Hollande, Vladimir Poutine, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik