Ecoutez Radio Sputnik
    Un nouveau numéro du journal pro-gouvernemental turc Bugün a des titres en russe

    La presse turque s’essaie aux réconciliations

    © Photo. CNN Türk / Bugün
    International
    URL courte
    671479

    Suite à l'incident de l'avion russe abattu, les journalistes turcs font de leur mieux pour dégeler les relations russo-turques grâce à leurs articles, certains sont même titrés en russe. Si certains médias invitent à ne pas oublier l'amitié entre les deux peuples, d'autres en appellent à des émotions plus rationnelles.

    Un nouveau numéro du journal pro-gouvernemental turc Bugün a des titres en russe. Sur la une de la plus importante revue du pays, un article "Nous sommes des amis, des voisins". Juste devant le titre, figure une photographie d’enfants russes et turcs.

    ​C'est ainsi que les journalistes turcs appellent à diminuer la tension dans les relations russo-turcs. Bien que certaines phrases en russe ne soient pas toujours correctes, le message est clair: les éditeurs invitent leurs lecteurs à ne pas oublier l'amitié entre les deux peuples, présentant les photos d’enfants, un tour de passe-passe qui tend à faire fondre les cœurs, même les plus endurcis.

    Le journal Sozcu choisit un ton plus proche des relations d'affaires, constatant qu'après avoir abattu l'avion russe, la Turquie s'est créée "un gros problème et une prise de tête".

    Le Sabah suppose qu'avec le temps la discorde s’épuisera mais "pour éviter une escalade ultérieure de la crise, tous les moyens diplomatiques doivent être utilisés".

    "Sacrifier le dialogue et l'amitié entre Ankara et Moscou à cause de la négligence d'un pilote militaire est inacceptable pour les deux pays. Il aurait fallu prévenir le bombardier russe des dizaines de fois durant une longue période de temps", écrit le Sabah.

    Le journal Milliyet souligne que la Russie ne veut pas brouiller ses relations avec la Turquie. "Nous devons également montrer que nous ne voulons pas non plus d'affrontements avec elle".

    Le journal fait également remarquer que la réaction de l'Otan et des États-Unis est plus que réservée. "Ils n'ont fait qu'observer ce qui se passait en Géorgie, en Crimée et en Ukraine. Les Etats-Unis ont déclaré hier, que la question de l'avion russe est le problème de la Turquie et de la Russie. Comme l'a dit le général Eslen, nous n'avons d'autre choix que de nous arranger avec la Russie".

    Un avion russe Su-24 a été abattu mardi en Syrie. Selon les sources militaires turques, l'avion russe aurait violé l'espace aérien du pays près de sa frontière avec la Syrie. Preuves à l'appui, le ministère russe de la Défense souligne que pendant toute la durée du vol, l'avion se trouvait exclusivement au-dessus de la Syrie. De son côté, le pilote rescapé a indiqué n'avoir reçu aucune sommation ni mise en garde avant que son avion soit abattu.

    Suite à cet incident, nombreux sont ceux qui se prononcent contre le président Erdogan et sa politique qui menace de pousser le pays au bord du gouffre diplomatique.

    Lire aussi:

    Turquie–Otan, la fin d’une alliance en perspective?
    Poutine: les relations russo-turques sont en train de se rétablir entièrement
    Poutine évalue le niveau actuel des relations russo-turques
    Tags:
    journalisme, réaction, médias, Turquie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik