International
URL courte
L'Etat islamique (2014) (1131)
39770
S'abonner

Un groupe hackiviste associé aux Anonymous a piraté un site de propagande de l'EI sur le web invisible, le remplaçant par une publicité pour une pharmacie en ligne et un appel au calme.

Il s'avère que les sites de l'EI se trouvaient sur le "dark web" pour ne pas être accessibles depuis les moteurs de recherche. Néanmoins, le groupe hackiviste Ghost Sec, associé aux hackers Anonymous, a pu supprimer le site et le remplacer par un message: "Trop d'EI" et un lien vers une pharmacie en ligne, rapporte le quotidien The Independant.

"Devenez plus calmes", indique le message intégral. "Trop de gens sont sur ce truc de Daech. Admirez s'il vous plaît cette charmante publicité afin que nous puissions améliorer nos infrastructures et vous offrir le contenu de l'EI dont vous avez tant besoin."

Le site de la publicité de la pharmacie en ligne, où l’on peut payer avec des bitcoins, monnaie cryptographique, permet aux gens d’acheter des médicaments sur ordonnance, y compris du Prozac et du Viagra.

Avant la fermeture du site, il s'est avéré qu'il s'agissait d'un des nombreux sites diffusant et citant la propagande de l’EI sur le "dark web", afin d'éviter sa détection et sa suppression.

Plus tôt, le groupe Anonymous avait déclaré avoir découvert un portefeuille électronique de l'EI de 3 millions de dollars en bitcoins, un système de paiement sur Internet, et avait piraté près de 5.000 comptes Twitter liés à l’EI.

Dossier:
L'Etat islamique (2014) (1131)

Lire aussi:

Ce propriétaire d’hôtel avait loué une chambre à Xavier Dupont de Ligonnès la première nuit de sa cavale
La première adjointe à la mairie de Marseille dément avoir participé à des dîners clandestins
Des médecins avouent avoir vacciné des moins de 55 ans à l’AstraZeneca malgré une recommandation contraire
Pourquoi Véran a-t-il autorisé l’allongement du délai entre les deux doses des vaccins Moderna et Pfizer?
Tags:
propagande, publicité, Internet, Ghost Security, Anonymous, Etat islamique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook