Ecoutez Radio Sputnik
    Ankara, capitale de la Turquie

    Ankara: des hauts gradés de l'armée accusés d'espionnage

    © Flickr/ Jorge Franganillo
    International
    URL courte
    46584

    Deux généraux et un colonel, impliqués dans l'interception de camions chargés d'armes et possédant des informations sur les fournitures d'armes turques vers la Syrie, ont été placés en garde à vue.

    Les autorités turques ont arrêté et placé en garde à vue deux généraux et un colonel à la retraite. Les trois militaires accusés d'espionnage et de divulgation de secrets d'Etat ont été impliqués dans l'interception des camions appartenant au renseignement turc et transportant des armes et des médicaments, révèle Deutsche Wirtschafts Nachrichten à des médias turcs.

    Il s'agit du général-major Ibrahim Aydin, du général de brigade Hamza Celepoglu et du colonel à la retraite Burhanettin Gihanciroglu

    Le gouvernement turc prétend que le fret était destiné aux Turcomans de Syrie à des fins de défense contre l'Etat islamique. Selon DWN, l'opposition turque soupçonne que les armes devaient être livrées aux combattants de l'EI.

    Précédemment, le rédacteur en chef du quotidien Cumhuriyet (opposition) Can Dündar et le chef du bureau d'Ankara Erdem Gül, auteurs d'une enquête sur les livraisons d'armes secrètes aux djihadistes syriens par les services secrets de Turquie, avaient été arrêtés sous l'accusation d'espionnage. Un article sur la contrebande d'armes vers la Syrie avait été publié par Cumhyriyet en mai dernier. Peu après la publication, le président turc Recep Tayyip Erdogan a réclamé que le parquet engage des poursuites judiciaires contre le journal et son rédacteur en chef. Can Dündar et Erdem Gül ont été arrêtés sous l'accusation d'espionnage.

     

    Lire aussi:

    La Syrie appelle à faire pression pour que la Turquie "cesse de soutenir les terroristes"
    Turquie: un célèbre avocat kurde tué par balles
    Turquie: arrestation de journalistes ayant révélé les livraisons d'armes à l'EI
    Tags:
    Etat islamique, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik