International
URL courte
115113
S'abonner

L'Otan invoque le déploiement de missiles sol-air russes en Syrie pour justifier le renforcement sa présence militaire en Europe de l'Est.

Le déploiement de systèmes de missiles antiaériens russes S-400 en Syrie constitue l'une des raisons qui ont poussé l'Alliance atlantique à renforcer sa présence en Europe de l'Est, a déclaré le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, en arrivant à la rencontre des chefs de diplomatie des 28 pays de l'Alliance qui se tient pendant deux jours à Bruxelles.

Selon le secrétaire général, l'implantation de S-400 en Syrie "fait partie d'un scénario selon lequel la Russie cherche à déployer ses armements ultramodernes en Syrie et en Europe".

"L'Otan continue à s'adapter à une Russie de plus en plus offensive, qui a déployé des armements dernier cri. C'est une raison parmi tant d'autres pour laquelle nous avons mis nos troupes en état d'alerte renforcée et avons augmenté notre présence militaire dans l'est de l'Alliance", a indiqué Jens Stoltenberg.

La Russie a installé des systèmes antiaériens en Syrie et équipé ses bombardiers de missiles air-air en représailles à l'attaque perpétrée par un chasseur turc contre un Su-24 qui participait à un raid contre les terroristes de l'Etat islamique. Le pilote de l'avion russe a été tué, le navigateur a été sauvé.

Les relations entre la Russie et l'Otan se sont dégradées suite aux divergences sur l'Ukraine. Moscou a à plusieurs reprises signalé le renforcement sans précédent de la présence militaire de l'Alliance le long des frontières russes. L'Otan affirme pour sa part qu'il s'agit d'une réponse à la "menace" émanant de la Russie.

Lire aussi:

La Russie a déployé ses systèmes S-400 en Syrie
Les S-400 russes fermeront le ciel de la Syrie à l'Otan
L'Otan poussera Ankara à coopérer avec Moscou en Syrie
L’Allemagne réagit aux menaces US contre le gazoduc Nord Stream 2
Tags:
présence militaire, S-400, OTAN, Jens Stoltenberg, Turquie, Russie, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook