International
URL courte
331174
S'abonner

En dévoilant le business pétrolier illégal de Daech et l'implication des dirigeants turcs dans ce trafic, la Russie ne cherche pas à obtenir la démission du président turc, Recep Tayyip Erdogan.

"La démission d'Erdogan n'est pas notre but. C'est l'affaire de la population turque. Notre but et le but auquel nous vous invitons, est de bloquer par des actions conjointes le financement du terrorisme", a déclaré le vice-ministre russe de la Défense Anatoli Antonov lors d'une conférence de presse sur le terrorisme international.

Néanmoins, Anatoli Antonov a indiqué que selon les informations recueillies, le président turc Erdogan et sa famille étaient impliqués dans le système de trafic de pétrole mis en place par l'EI en Syrie, bien que le dirigeant turc nie toute implication dans cette affaire.

"Nous connaissons la valeur des paroles d'Erdogan. Il a été déjà pris une fois en flagrant délit de mensonge par les journalistes turcs qui avaient révélé la livraison par la Turquie d'armes aux terroristes, sous couvert d'aide humanitaire. Pour cette raison les journalistes ont été emprisonnés. Les dirigeants turcs, notamment Erdogan, ne démissionneront pas et ne reconnaîtront rien, même si leurs visages sont souillés par le pétrole volé ", a martelé Anatoli Antonov.

En outre, le vice-ministre a promis de fournir "des preuves du pillage par la Turquie de ses voisins".

Lire aussi:

Révélations: la Russie prouve l'implication turque dans le trafic de pétrole de l'EI
Un élu centriste de Paris explique le lynchage de Yuriy par l’impossibilité d’«aller au sport»
Agression de Yuriy à Paris: sa mère donne de ses nouvelles - photo
Une septuagénaire affirme avoir été tabassée pour avoir photographié un resto ouvert en plein couvre-feu - photo choc
Tags:
démission, trafic, pétrole, Etat islamique, Recep Tayyip Erdogan, Russie, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook