Ecoutez Radio Sputnik
    Le président turc  Recep Tayyip Erdogan

    Trafic de pétrole avec l'EI: Erdogan met en garde la Russie contre les "calomnies"

    © AP Photo / Burhan Ozbilici
    International
    URL courte
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    656124

    Suite aux nouvelles accusations d'implication dans le trafic de pétrole avec le groupe djihadiste Etat islamique de la part de Moscou, le président turc a répété qu'il démissionnerait immédiatement si ces informations étaient prouvées.

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a mis en garde la Russie contre les "calomnies", après les accusations de Moscou selon lesquelles lui et sa famille étaient impliqués dans le trafic de pétrole avec le groupe terroriste Etat islamique (EI), rapporte mercredi la télévision turque. 

    "Je ne resterai pas dans mon siège de président ne serait-ce qu'une seule minute si la Russie prouve ses allégations (…) La Turquie n'a pas perdu ses valeurs morales au point d'acheter du pétrole à des terroristes", a déclaré M.Erdogan lors d'un discours à Doha.  

    Et de prévenir que si ces accusations continuaient, la Turquie prendrait elle-même des mesures. 

    Le président turc  Recep Tayyip Erdogan
    © AP Photo / Vadim Ghirda
    Le président turc Recep Tayyip Erdogan

    Le vice-ministre russe de la Défense, Anatoli Antonov, a déclaré mercredi devant plus de 300 journalistes que le président turc Recep Tayyip Erdogan et sa famille étaient directement "impliqués" dans le trafic de pétrole avec l'EI. 

    Selon M.Antonov, la Turquie s'avère être le principal consommateur du pétrole volé à ses propriétaires légitimes, la Syrie et l'Irak. Le général russe a insisté sur le cynisme inédit du gouvernement turc. 

    Les relations entre Ankara et Moscou traversent une grave crise depuis que l'aviation turque a abattu un Su-24 russe, engagé dans l'opération contre l'EI en Syrie. La Turquie affirme que l'appareil avait violé son espace aérien, ce que la Russie dément formellement. 

    La Russie a réagi à la destruction de son avion, en décrétant une série de sanctions économiques contre la Turquie, allant de l'embargo visant certains produits alimentaires à des restrictions touchant le secteur touristique et à l'abrogation des exemptions de visas pour les Turcs. 

    Le président russe Vladimir Poutine a refusé de rencontrer son homologue turc malgré ses demandes répétées et exigé des excuses officielles, ce qu'Ankara a refusé de faire. 

    Par ailleurs, Les tensions entre Moscou et Ankara mettent à mal le projet de coalition unique en Syrie, où les différents acteurs restent divisés sur le sort à réserver au président Bachar el-Assad.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    La Russie ne cherche pas à acculer Erdogan à la démission
    Turquie et pétrole de l’EI: pourquoi Erdogan a eu tort d’exiger des preuves
    Kremlin: pas de rencontre Poutine-Erdogan en marge du sommet à Paris
    Tags:
    trafic, Su-24, Etat islamique, Anatoli Antonov, Recep Tayyip Erdogan, Doha, Syrte, Ankara, Turquie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik