International
URL courte
Situation en Syrie (2014) (607)
19139
S'abonner

Le Parlement britannique se prononce en faveur de frappes aériennes contre Daech en Syrie

Le vote a été acquis par 397 voix pour, 223 voix contre, avec une majorité de 174, montrant que de nombreux députés travaillistes avaient joint leur vote à ceux des députés conservateurs du Premier ministre David Cameron.

Selon l'AFP, le vote s'est déroulé après plus de dix heures d'un débat passionné, dans une chambre bondée. Le Premier ministre conservateur David Cameron avait ouvert le débat en plaidant pour que le pays prenne ses responsabilités et soutienne ses alliés, en particulier la France, sous le choc des attentats à Paris qui ont fait 130 morts le 13 novembre.

"Nous devons répondre à l'appel de nos alliés. L'action que nous proposons est légale, nécessaire et c'est la bonne chose à faire pour la sécurité de notre pays", a-t-il martelé. Selon lui, la contribution militaire du pays pourrait "faire une vraie différence", grâce à l'utilisation de missiles Brimstone notamment.

Le parlement britannique avait une première fois rejeté, en 2013, des frappes aériennes contre le régime de Bachar al-assad en Syrie, échaudé par les opérations en Afghanistan et en Irak en 2003 lancées sous l'ex Premier ministre travailliste Tony Blair.

"Nous ne sommes pas en 2003. Nous ne devons pas utiliser les erreurs du passé comme excuse à l'indifférence et à l'inaction", a plaidé David Cameron.

Le leader pacifiste du Labour Jeremy Corbyn, bien qu'opposé aux frappes, avait décidé de ne pas imposer de consigne de vote pour éviter une rébellion ouverte de ses troupes, pouvant perdre au passage son autorité de chef de parti.

Selon le ministre des Affaires étrangères Philip Hammond, interrogé sur Channel 4, les frappes devraient intervenir "très rapidement (…) probablement pas ce soir, mais peut-être dès demain

 

Dossier:
Situation en Syrie (2014) (607)

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Trump va-t-il bombarder l’Iran pour éviter un nouvel accord nucléaire avec Biden?
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Tags:
lutte antiterroriste, frappe aérienne, parlement britannique, Philip Hammond, Jeremy Corbyn, David Cameron, Syrie, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook