International
URL courte
8216
S'abonner

Bien que le gouvernement suédois menace de poursuites pénales les "touristes du djihad", la Suède offre en réalité des conditions favorables à ses citoyens afin de faciliter leur radicalisation.

Selon les données fournies par la police suédoise, environ 300 citoyens suédois ont d'ores et déjà gagné l'Irak et la Syrie afin de rejoindre les rangs de Daech. Depuis le 1er avril, ceux qui se rendent à l'étranger pour commettre ou participer à un attentat risquent deux ans de prison. Ceux qui ont déjà réussi à commettre des crimes graves pourraient écoper de six ans de prison, rapporte le journal suédois Dagens Nyheter.

La ministre suédoise de la Justice, Morgan Johansson, a promis d'utiliser des divers moyens techniques, notamment des mouchards, des systèmes d'écoute téléphonique et des caméras de surveillance, afin d'identifier les criminels impliqués dans le djihad.

Néanmoins, la réalité est plus coulante que les déclarations redoutables des autorités suédoises: les sympathisants de Daech peuvent non seulement rejoindre sans difficultés les rangs des terroristes, mais entreprendre ce voyage avec tout le confort, sans disposer même de leurs propres moyens. Par exemple, il est possible de prendre à crédit une voiture dernier cri, indiquent des journaux suédois Dagens Nyheter et Fria Tider.

Ainsi deux voitures suédoises ont récemment été détectées près de la frontière turco-syrienne. Il s'agit des voitures 4x4 avec des moteurs puissants qui peuvent transporter non seulement des personnes, mais aussi des armes massives telles que des lance-grenades.

Selon la police, les véhicules "ont été frauduleusement prises à crédit" par des individus souhaitant intégrer les rangs de l'EI.

"C'est une partie importante des activités de l'EI", indique un expert suédois sur le terrorisme, en ajoutant que "la possession d'une voiture pareille donne à une personne un statut plus élevé".

C'est décidément pas mal, la vie de djihadiste suédois.

Lire aussi:

Medias suédois: un des recruteurs principaux de l'EI est identifié
Assad: Scandinaves, leaders de l'EI en Syrie, sont à redouter au maximum
En Suède, on lutte contre le radicalisme par l'aide sociale
Ce qu’il en coûte de voler des montres au roi du Maroc
Tags:
automobile, djihadisme, Etat islamique, Morgan Johansson, Suède, Syrie, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik