International
URL courte
L'Etat islamique (2014) (1131)
30554
S'abonner

Cette position des médias pro-Erdogan a suscité de nombreuses critiques de la part des habitants du pays sur Internet.

Les médias progouvernementaux turcs ont passé sous silence les révélations faites le 2 décembre par le ministère russe de la Défense et portant sur l'implication de la Turquie, et notamment du président Recep Tayyip Erdogan et de sa famille dans la contrebande de pétrole de Daech. 

Ils ont préféré publier la réaction des Etats-Unis aux déclarations de Moscou, alors que les médias de gauche ont accordé beaucoup d'attention aux preuves russes attestant que la Turquie collabore avec les terroristes du groupe Etat islamique (EI).

Critiques contre le "vaisseau amiral des médias turcs" 

Le quotidien Hürriyet, qu'on appelle souvent le "vaisseau amiral des médias turcs" s'est abstenu de publier les données du vice-ministre russe de la Défense Anatoli Antonov concernant les itinéraires de transport de pétrole de contrebande syrien vers la Turquie.

Hürriyet
© Sputnik . Tural Kerimov
Hürriyet

Indignés par ce silence, les lecteurs du journal ont créé un sujet baptisé "Censure dans le quotidien Hürriyet le 2 décembre 2015" dans le réseau social populaire Ekşi Sözlük quelques heures après la fin du point presse du ministère russe de la Défense. 

"Ils (les journalistes de Hürriyet) ne comprennent pas que leur quotidien finira par devenir une feuille d'information du gouvernement sous les pressions d'Erdogan et de son parti AKP. On cessera de leur faire confiance et personne ne lira plus cette édition", lit-on notamment dans un commentaire.

okur1
© Sputnik . Tural Kerimov
okur1
Eksifoto
© Sputnik . Tural Kerimov
Eksifoto

"Il n'y a plus aucune raison de suivre les publications des médias turcs. Si vous souhaitez obtenir des informations dignes de foi, il ne vous reste qu'à consulter des journaux étrangers et un petit nombre d'éditions locales", ajoute un autre lecteur.

Le quotidien Hürriyet est resté fidèle à sa stratégie en publiant jeudi à sa "Une" une nouvelle sur les entretiens américano-turcs sur la frontière syrienne. Quant aux révélations du ministère russe de la Défense, le journal n'a fait que mentionner la réaction de Washington aux preuves fournies par Moscou.

 

La réaction US est-elle la seule digne d'attention?

Un autre journal influent turc, Milliyet, a aussi passé sous silence les vidéos et photos rendues publiques à Moscou, se limitant aussi à couvrir la réaction des Etats-Unis aux révélations du ministère russe de la Défense.

Dans le même temps, les deux journaux ont publié un article présentant les Turkmènes syriens comme des "victimes de bombardements russes".

Milliyet1
© Sputnik . Tural Kerimov
Milliyet1

Milliyet
© Sputnik . Tural Kerimov
Milliyet
Le quotidien Hürriyet
© Sputnik . Tural Kerimov
Le quotidien Hürriyet

 

Le journal Vatan a consacré sa Une aux entretiens entre la Turquie et le Qatar sur les livraisons de gaz naturel, présenté comme une alternative au gaz russe, et affirmé que la Russie livrerait des armes aux Kurdes syriens du Parti de l'union démocratique.

Journal turc Vatan
© Sputnik . Tural Kerimov
Journal turc Vatan

Le quotidien Türkiye proche du président Erdogan a aussi publié des articles à ce sujet.

Edition Turkiye
© Sputnik . Tural Kerimov
Турецкое издание Turkiye

Le journal Star a été la seule édition progouvernementale turque à évoquer les déclarations de Moscou à la Une.

Star1
© Sputnik . Tural Kerimov
Star1

Toutefois il a aussi mis l'accent sur la réaction des Etats-Unis qualifiant les preuves fournies par Moscou de mal étayées. Star a également publié des articles intitulés "La Russie fournit des armes au PKK" (Parti des travailleurs du Kurdistan-ndlr.) et "La Russie bombarde les Turkmènes syriens".

Journal turc Star
© Sputnik . Tural Kerimov
Star

Les chaînes de télévision et radios influentes du pays ont suivi l'exemple des journaux progouvernementaux.

Médias de gauche: "les déclarations de Moscou censurées"

Toutefois, le site réputé de tendance gauche SoL a accordé une grande attention aux déclarations faites le 2 décembre par le vice-ministre russe de la Défense.

SoL a notamment souligné que l'Occident dispose des preuves sur le trafic de pétrole de l'EI en Turquie et a publié des articles de la presse occidentale portant sur les liens entre Ankara et les djihadistes de Daech.

Edition turque SoL
© Sputnik . Tural Kerimov
Edition turque SoL

SoL a attiré l'attention de ses lecteurs à la décision des médias pro-Erdogan de cacher les déclarations de Moscou.

Le journal de gauche BirGün a publié un article intitulé "Fraternité pétrolière de Daech et du parti AKP". "Erdogan, qui a décidé d'abattre l'avion russe en comptant sur l'Otan, s'est retrouvé au pied du mur", indique l'édition.

Journal turc BirGün
© Sputnik . Tural Kerimov
BirGün

Les journaux Sendika, Bianet et Diken ont aussi partagé en ligne les données du ministère russe de la Défense.

Pour le premier ministre turc Ahmed Davutoglu, les accusations de Moscou sur les liens d'Ankara avec Daech rappellent "la machine de propagande soviétique de l'époque de la guerre froide". Le chef du gouvernement turc a de nouveau qualifié de mensongères les déclarations selon lesquelles la Turquie participe au trafic de pétrole de l'EI. D'après lui, l'opération aérienne lancée par la Russie contre l'EI en Syrie empêche d'anéantir les terroristes à la frontière turque.

Dossier:
L'Etat islamique (2014) (1131)

Lire aussi:

La Turquie en voie d'isolement sur le plan diplomatique
Turquie: le fumier, alternative au gaz russe?
Washington reconnaît la contrebande de pétrole syrien en Turquie
Pétrole de Daech: un député français appelle au réalisme envers la Turquie
Tags:
lutte antiterroriste, contrebande, Internet, médias, pétrole, Bianet, Sendika, Star (journal turc), Türkiye, Vatan, Milliyet, Hürriyet, Parti de la justice et du développement (AKP) turc, Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Etat islamique, Bilal Erdogan, Anatoli Antonov, Turquie, Syrie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook