Ecoutez Radio Sputnik
    La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova

    Zakharova: Et si Assad part, qu'arrivera-t-il à Daech?

    © Sputnik . Vladimir Trefilov
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (2014) (607)
    162391
    S'abonner

    Le ministre britannique des Affaires étrangères Philip Hammond a affirmé que la crise en Syrie serait désamorcée dès le départ du président Bachar el-Assad. La porte-parole de la diplomatie russe répond à cette déclaration du chef de diplomatie.

    Le chef du Foreign Office estime que pour que la crise syrienne soit désamorcée, il faut que Vladimir Poutine "appelle M.Assad" pour lui dire que "le jeu est terminé", la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova commente cette déclaration de Philip Hammond. 

    "Allons donc voir. Si tout se passe comme nos collègues britanniques essaient de nous faire croire et qu'après le départ d'Assad, la folie cessera, où partira alors Daech? Se peut-il que quelqu'un leur téléphone (aux djihadistes, ndlr) également pour dire que le jeu est terminé? Mais qui téléphonera à Daech?", a écrit la diplomate sur sa page Facebook. 

    M.Hammond a notamment déclaré dans une interview à la chaîne de télévision Channel 4 qu'il y avait un seul homme dans le monde qui pouvait mettre fin à la folie en Syrie. 

    "Cela se produira si M.Poutine appelle M.Assad et lui dit que le jeu est terminé", a dit le ministre. 

    La Russie a lancé le 30 septembre dernier une campagne de frappes aériennes contre les positions des djihadistes de l'Etat islamique (EI, Daech) en Syrie à la demande du président syrien Bachar el-Assad.

    Dossier:
    Situation en Syrie (2014) (607)

    Lire aussi:

    Assad rend sa démission conditionnelle à une victoire sur l'EI
    Lavrov: le sort d'Assad sera décidé par le peuple syrien
    Washington n'exige plus le départ d'Assad
    Tags:
    lutte antiterroriste, djihadisme, Foreign Office, Etat islamique, Maria Zakharova, Philip Hammond, Bachar el-Assad, Vladimir Poutine, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik