Ecoutez Radio Sputnik
    In this Saturday, Sept. 12, 2015 photo, Iraqi security forces backed by Sunni and Shiite volunteers clash with Islamic State group militants at the front line in the suburbs of Ramadi, Anbar province, Iraq.

    L'armée irakienne revient victorieuse de l'assaut de Ramadi

    © AP Photo /
    International
    URL courte
    13971
    S'abonner

    Les militaires irakiens ont rendu compte de leurs succès lors de l'assaut de Ramadi (120km à l'ouest de Bagdad), transmet France24 faisant référence à l'armée irakienne. Selon les militaires, ils ont réussi à occuper le quartier de Tamim.

    Le 30 novembre, l'armée irakienne a annoncé se préparer pour l'assaut de la ville. Dans l'information diffusée aux habitants de Ramadi, il était expliqué le plan des militaires d'entrer dans la ville des côtés sud, nord et ouest indépendamment du fait qu'il y ait des habitants ou non.

    Selon les données des militaires américains, rapportées par BBC News, au début de l'assaut Ramadi abritait entre 600 et 1.000 djihadistes. Par ailleurs, les terroristes étaient prêts à se défendre, ils ont miné beaucoup de routes et de bâtiments.

    Les terroristes de Daech se sont emparés de la ville de Ramadi en mai 2015. L'opération de l'armée irakienne est destinée à reprendre la ville et à établir une zone tampon pour protéger Ramadi et ses habitants des tirs d'artillerie.

    Les djihadistes ont récemment perdu le contrôle sur une autre ville en Irak: les Kurdes ont libéré Sinjar (nord du pays), qui était occupée par les combattants du groupe extrémiste depuis août 2014.

     

    Lire aussi:

    Soldats turcs en Irak: le Conseil de sécurité se réunit
    Bataille de Ramadi: l’Iran fustige l’inaction des Etats-Unis
    Le champ de bataille souterrain. Les tunnels de Daech à Sinjar
    Les 5 pas pour vaincre Daech
    Qui donc arme Daech jusqu'aux dents?
    Un sous-marin russe tire des missiles Kalibr contre Daech depuis la Méditerranée
    Tags:
    Etat islamique, Kurdistan, Sinjar, Ramadi, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik