Ecoutez Radio Sputnik
    Des combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) lors d'un combat contre l'armée turque, le 28 septembre 2015 à Bismil.

    Une guerre entre la Turquie et l'Irak n'est pas à exclure

    © AFP 2019 Ilyas Akengin
    International
    URL courte
    431075
    S'abonner

    Les bombardements de la province irakienne de Dahuk par l'aviation turque sont de nature à provoquer une guerre entre les deux pays, estime un journal allemand.

    L'aggravation de la situation dans le nord de l'Irak où des avions turcs ont frappé mercredi les positions du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) risque de provoquer un conflit armé entre Ankara et Bagdad, indique le quotidien Deutsche Wirtschafts Nachrichten (DWN).

    Selon le journal, "on ne doit pas exclure" la possibilité d'une guerre entre la Turquie et l'Irak, comme en témoignent les faits et gestes du président turc Recep Tayyip Erdogan qui a accusé les gouvernements irakien et iranien de pratiquer une politique sectaire et de léser les droits des sunnites.

    "Suite à la tension entre la Turquie et l'Irak un nouveau front pourrait prochainement apparaître au Proche-Orient. Une guerre entre ces Etats n'est plus exclue, comme en témoignent les déclarations et les actions du président Recep Tayyip Erdogan qui, dans une interview accordée mercredi à la chaîne de télévision Al-Jazeera, a accusé le gouvernement de Bagdad de ne pas protéger les sunnites dans le nord de l'Irak", rapporte la DWN.

    Mercredi 9 décembre, la Turquie a effectué une frappe aérienne en Irak, dans la région d'Al-Amadiya (province de Dahuk), après avoir déployé quelques jours plus tôt un camp militaire dans le nord de l'Irak près de la ville de Mossoul actuellement contrôlée par Daech.

    Selon les autorités irakiennes, des soldats et des matériels de guerre turcs sont entrés dans la province de Ninive (nord de l'Irak) sous prétexte d'entraîner les combattants kurdes engagés dans la lutte contre les terroristes. Les ministères irakiens de la Défense et des Affaires étrangères ont qualifié la présence de militaires turcs "d'acte hostile".

    Lire aussi:

    Après la Russie, la Turquie s'en prend à l'Irak
    La Turquie n’envisage pas de retirer ses troupes d’Irak
    Tags:
    frappe aérienne, Kurdes, Al-Jazeera, Etat islamique, Recep Tayyip Erdogan, Bagdad, Mossoul, Ankara, Turquie, Syrie, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik