International
URL courte
2012
S'abonner

Afin de faire face à la crise migratoire, l'exécutif communautaire envisage de créer un corps de garde-frontières chargé d'intervenir chaque fois qu'un pays de l'UE aura de la difficulté à gérer l'afflux de réfugiés.

La Commission européenne a proposé de mettre en place un corps de garde-frontières européen fort de 1.200 personnes pour affronter d'urgence les défis de la crise migratoire, a annoncé à l'agence Sputnik une source au sein du Parlement européen.

Selon la source, le corps européen doit être engagé chaque fois qu'un Etat membre de l'espace Schengen aura du mal à maîtriser seul l'afflux de migrants. L'interlocuteur de l'agence a également souligné que le corps devrait être prêt à se déployer en deux ou trois jours dans les "endroits où cet afflux serait particulièrement important".

Le 15 décembre, l'exécutif communautaire doit présenter ses propositions sur la mise en place d'un corps de garde-frontières et de garde-côtes européen, ainsi que ses recommandations sur l'installation des réfugiés syriens dans les pays membres de l'UE.

Selon l'agence Frontex chargée de gérer la coopération opérationnelle aux frontières de l'UE, près de 1,2 million de migrants, pour la plupart des Syriens, sont arrivés en Europe depuis le début de l'année 2015. La Commission européenne estime qu'il s'agit de la crise migratoire la plus grave depuis la Seconde Guerre mondiale.

L'augmentation des flux de réfugiés préoccupe les populations et les autorités européennes et pousse chaque pays concerné à adopter des mesures restrictives à l'échelle nationale. Des responsables politiques européens appellent à réviser les normes en vigueur dans l'espace Schengen.

Lire aussi:

L'UE a accueilli 1,2 M de migrants clandestins en 2015
L'UE paiera les pays d'Afrique désireux d’accueillir des migrants
L'UE promet à la Turquie le régime sans visas contre des migrants
Tags:
gardes-frontières, migrants, Parlement européen, Frontex (agence européenne pour la surveillance des frontières), Union européenne (UE), Commission européenne, Europe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook