International
URL courte
Situation en Syrie (2014) (607)
41781
S'abonner

La stratégie que les sénateurs américains John McCain et Lindsey Graham proposent de mettre en place en Syrie risque d'entraîner les Etats-Unis dans une grande guerre.

Les propositions faites par les représentants du Parti républicain des Etats-Unis, John McCain et Lindsey Graham peuvent provoquer une confrontation militaire contre Moscou en Syrie, estime la revue The American Conservative.

Selon la stratégie formulée par les deux sénateurs, "il faut avoir une stratégie cohérente pour combattre les terroristes du groupe Etat islamique (EI) et mettre fin au conflit en Syrie. Les Etats-Unis doivent coopérer avec leurs partenaires de la coalition en vue de créer et de protéger des zones en Syrie où les réfugiés seront en sécurité; d'empêcher au président Assad d'utiliser son aviation, surtout les bombes, et d'obliger la Russie de payer le vrai prix si elle continue d'attaquer les groupes de l'opposition modérées".

Les sénateurs proposent ainsi d'attaquer ou de menacer le gouvernement du président syrien Bachar el-Assar et ses forces armées ce qui n'a rien à voir avec la lutte contre Daech, note l'édition. 

"Cela risque d'élargir le conflit en poussant les Etats-Unis à lutter contre le gouvernement syrien et ses alliés. Il n'y a rien de cohérent dans cette idée si on ne veut pas que les Etats-Unis participent à plusieurs conflits en même temps avec le plus d'ennemis possible", ajoute la revue.

MM.McCain et Graham invitent ainsi les Etats-Unis à lancer une guerre ouverte contre Moscou pour défendre leurs alliés qui se sont montrés "inutiles".

Quant au "prix réel" qu'il faut faire payer à la Russie, on sait "qu'il s'agit de tuer des militaires et d'abattre des avions russes", rappelle l'édition.

Qui plus est, les sénateurs veulent que le Pentagone lance une opération terrestre en Syrie.

Selon la stratégie des sénateurs, "il n'existe actuellement aucune force terrestre en Syrie qui souhaite et soit capable de prendre le contrôle de Raqqa (…). Les Etats-Unis seront donc obligés de se mettre en tête d'une force multinationale comprenant près de 10.000 soldats américains, en vue de s'emparer de Raqqa et détruire l'EI en Syrie. Cette force pourrait également garantir la paix en Syrie après le départ d'Assad, comme en Bosnie et au Kosovo".

Toutefois, cette "force multinationale" sera composée presque entièrement d'Américains. Il y a peu de pays prêts à envoyer des troupes dans cette région dangereuse, note la revue. Et à la différence des habitants de la Bosnie et du Kosovo, les Syriens ne souhaitent pas accueillir des troupes américaines et de l'Otan sur leur territoire.

"Les membres de cette +force multinationale+ seront la cible d'attaques djihadistes et autres et leur présence ne fera qu'augmenter le nombre des recrues chez les djihadistes", souligne la revue.

"Si nous souhaitons que les Etats-Unis soient coincés dans une autre longue guerre au sol au Moyen-Orient, nous devons écouter MM.McCain et Graham. Sinon leur projet n'a aucun sens pour les Etats-Unis et leurs alliés", conclut la revue américaine.


Dossier:
Situation en Syrie (2014) (607)

Lire aussi:

McCain: "pas d'argent pour l'opposition syrienne sans plan transparent"
McCain dénonce le patriotisme au frais du contribuable américain
«Je vais te venger»: la promesse de la femme du chauffeur tabassé jusqu’à la mort cérébrale à Bayonne
Tags:
lutte antiterroriste, guerre, Etat islamique, Lindsey Graham, John McCain, Bachar el-Assad, Syrie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook